La BM du Seigneur

Cinéma, Drame
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
La BM du Seigneur

Découvrez gratuitement 'La BM du Seigneur' sur MUBI grâce à Time Out Paris.

Prix Jean-Vigo et joli succès critique de 2014 (que nous classions haut-la-main parmi les meilleurs films de l’année), ‘Mange tes morts : Tu ne diras point’ de Jean-Charles Hue a connu un prédécesseur. Trois ans plus tôt, dans ‘La BM du Seigneur’, le cinéaste filmait en effet déjà la communauté gitane des Yéniches du Nord de la France, à travers ces premières aventures de la famille Dorkel – dont Fred, l’aîné de la fratrie, vampirise assez largement ce premier opus du diptyque.

Ogre disert et joyeusement borderline, Fred Dorkel – dans son propre rôle, comme l’ensemble de la distribution du film, qui se situe avec malice à mi-chemin entre la fiction et le documentaire – vit tranquillement de vols de bagnoles, jusqu’au jour où une illumination mystique vient changer le cours de son existence. Voilà pour la trame de base, qui se révèle surtout prétexte à quelques scènes du quotidien absolument hilarantes où Dorkel, qui n’est pas sans évoquer une sorte de Depardieu gitan, s’en donne à cœur joie. Entre engueulades et discussions philosophico-cannabiques, le langage de Fred, débit mitraillette et verbe haut en couleur, regorge d’expressions et d’idiomes yéniches qui font tout le sel de ‘La BM du Seigneur’, paraissant inventer une langue hybride, nomade – où l’on ponctue ses phrases par un truculent « mon copain, ma couille ».

Drôle, décalé, d’une vivacité et d’un réalisme réjouissants, ‘La BM du Seigneur’ bénéficie en outre d’une réalisation très personnelle de Jean-Charles Hue, où des scènes de camping-car, évoquant ironiquement un reportage de France 3 Régions, alternent avec des plans sur la nature proches du sublime – et pas loin de rappeler la beauté des séquences décharnées et contemplatives d’un Bruno Dumont. Manifestement moins précis que ‘Mange tes morts’ dans sa progression narrative, ‘La BM du Seigneur’ n’a pourtant rien d’un simple brouillon du film suivant, d’une esquisse ou d’un coup d’essai. Au contraire, c’est une comédie surprenante, directe et efficace, subtilement improvisée et doublée d’une plongée immersive et joviale dans l’univers complexe et méconnu du monde gitan. Un vrai plaisir, ma couille !

Par AP

Publié :

Détails de la sortie

Date de sortie mercredi 26 janvier 2011
Durée 84 mins

Crédits

LiveReviews|0
1 person listening