L'Armée des ombres (1969)

Cinéma, Drame
  • 5 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
0 J'aime
Epingler
L'Armée des ombres (1969)

Les 100 meilleurs films français

Ce film est arrivé à la 11e place de notre classement des 100 meilleurs films français de tous les temps - cliquez ici pour voir la liste complète.

Avec ‘L’Armée des ombres’, Jean-Pierre Melville adapte le roman homonyme de Joseph Kessel (1943), auquel il rajoute quelques-uns de ses propres souvenirs de la Résistance. La Résistance : c’est bien elle, cette armée invisible où se croisent Lino Ventura, Simone Signoret, Paul Meurisse ou Jean-Pierre Cassel, incarnant des personnages inspirés de Jean Moulin, Pierre Brossolette ou Lucie Aubrac. Portrait fidèle de la France pendant l'Occupation et du quotidien des réseaux de résistance, le film de Melville est une histoire d'honneur et d'horreurs, de luttes et de trahisons, de traque, de torture et d'évasions… A la fois dense et épuré, il a tout du chef-d’œuvre monumental (notamment sa durée, près de 2h30). Pourtant, sorti peu après mai 68, il fut alors perçu comme une apologie du général de Gaulle. Réputation qui lui colla à la peau, mais qui, avec le recul, paraît bien injuste. Pour preuve : distribué pour la première fois aux Etats-Unis en 2006, ‘L’Armée des ombres’ fut sacré meilleur film de l'année par de nombreux magazines de références, parmi lesquels Newsweek et le New York Times. En France, en plus d'être une leçon d'histoire haletante, cette tragédie sur fond de propagande ouvre le spectateur à un dense travail de mémoire… en même temps qu’à un suspense à tomber et une esthétique implacable. Un film historique, dans tous les sens du terme.

Acheter ce DVD sur Amazon

Par AP

Détails de la sortie

Durée 150 mins

Crédits

Average User Rating

5 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|1
0 people listening
Guernico

Un film dense et intense, à tous les sens du terme du fait de son réalisme. Ce fut la Résistance , sans fard et avec le prosaisme d'un quotidien marqué par la trahison et les lâchetés omniprésentes, les fulgurances du courage aussi...en bref, LE film de la mémoire résistante. Un chef d’œuvre où transparait toute la sombre grandeur d'un Ventura, au sommet de son art.