Rhum express

Cinéma, Drame
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Rhum express
Rhum Express

On raconte que Johnny Depp se trouvait aux côtés de Hunter S. Thompson, fouillant dans la cave de l’auteur, lorsqu’il tomba sur le manuscrit de ‘The Rum Diary’, une nouvelle que Thompson avait écrite au début des années 60, à l'âge de 22 ans, et inspirée de son expérience dans un journal à Puerto Rico. Depp le persuada de le publier… et au passage, pourquoi pas d'en faire un film ? Le résultat est incroyablement limpide : un tendre hommage rendu à Thompson (décédé en 2005), qui s'avère toutefois plus conventionnel que ce qu’on aurait pu attendre. Car bien qu’on y retrouve des litres et des litres d’alcool, on ne voit hélas ni stimulant, ni calmant, ni rage, ni cocaïne, ni mescaline… et quasiment aucune perte des facultés motrices !

Utilisant un décapant ultra-concentré, le réalisateur Bruce Robinson a en effet complètement désinfecté la nouvelle, la transformant en un conte initiatique, sorte de ‘Génèse du Gonzo’. Comme dans 'Las Vegas Parano', Depp y joue l’alter ego de Thompson, Paul Kemp, un écrivain de 30 ans sans succès qui échoue à Puerto Rico pour publier dans un torchon touristique: « Je n’ai pas de plume. Je ne sais pas comment écrire avec mon propre style », se plaint-il. On y voit donc Thompson juste avant qu’il n’invente le journalisme gonzo – cette frénésie de fiction-non-fiction qu’il balançait à la face des escrocs et des imposteurs. Mais au fait, comment Kemp finit-il par trouver son style d’écriture? Simplement en prenant quelques acides lui permettant de noircir sa page blanche ! Ensuite, l’histoire se nourrit d’une prise de bec avec un promoteur immobilier véreux (Aaron Eckhart) et sa sublime petite-amie (Amber Heard) qui ne manque pas d'attirer l'attention de Kemp.

C’est par moments à mourir de rire, chaleureux et touchant, mais, un peu comme un Thompson sans gonzo, ‘Rhum express’ ne sait lui-même pas trop où aller et se retrouve un brin dépourvu de style. Et l’on peut se demander si Johnny Depp, à 48 ans, n’est pas un poil trop vieux pour interpréter un trentenaire – ce qui reste évidemment discutable, vu qu’il reste en meilleure condition que la plupart des hommes ayant la moitié de son âge… Mais c'est là tout le paradoxe : son charisme imperturbable, inébranlable, le rend difficilement crédible dans le rôle d'un type dans le besoin. Bref, on vous aura prévenus : le film laisse quand même un petit goût amer dans la bouche, loin du cynisme et de la subversion dont on se réjouissait.

Par Cath Clarke (trad. C.B)

Détails de la sortie

Durée 115 mins

Crédits

Réalisateur Bruce Robinson
Acteurs Aaron Eckhart
Amber Heard
Richard Jenkins
Giovanni Ribisi
Johnny Depp
LiveReviews|0
2 people listening