Two Gates of Sleep

Cinéma, Drame
  • 1 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Two Gates of Sleep
Two gates of sleep

Pour son premier long métrage, l'artiste new-yorkaise Alistair Banks Griffin a choisi un titre évocateur, ‘Two Gates of Sleep’ (« les deux portes du sommeil »), en référence à l'Enéide de Virgile : parti pris qui laisse entendre de bien grandes prétentions métaphysiques et mythologiques pour ce film arty qui montre les mystérieux efforts effectués par deux garçons, venus du fin fond du Mississippi (Brady Corbet et David Appel), transportant avec eux, envers et contre tout, le lourd cercueil où repose leur défunte mère (Karen Young). Avec pour fil conducteur la volonté farouche de cette fratrie obsessionnelle, méprisant les autorités, vivant de chasse et de pêche et constamment en conflit : offrir à leur mère un enterrement digne de ce nom.

On retrouve parfois ici l'influence de Tarkovski, voire de Carlos Reygadas – notamment dans l'imagerie sacrée, les représentations pastorales et les panoramas naturels que la directrice de la photographie Jody Lee Lipes crée pour accompagner l'histoire. En revanche, certains détails restent obscurs et l'on ne saisit pas vraiment les raisons de la colère de ces deux frères, de leurs disputes épisodiques, de leurs jurons bredouillés à droite à gauche… sans parler des divagations de leur mère mourante ! Pire : on ne comprend pas ce que la réalisatrice elle-même essaie de nous dire – si tant est qu'elle ait quelque chose à dire – avec ce film ennuyeux, certes bien exécuté mais beaucoup trop premier degré, portrait rural d'une autre époque, avec ses histoires de rivalité biblique ou d'angoisse existentielle.

Par Wally Hammond / trad. Charlotte Barbe

Détails de la sortie

Durée 78 mins

Crédits

Réalisateur Alistair Banks Griffin
Scénariste Alistair Banks Griffin
Acteurs David Call
Brady Corbet
Karen Young