Le meilleur de votre ville

5 moyens de transport écologiques pour Paris

Lequel préférez-vous ?

Aujourd'hui, l'heure est aux pots d'échappement. Que Paris ait véritablement été la ville la plus polluée du monde mercredi dernier ou non (et visiblement c'est non), la nécessité d'améliorer la qualité de l'air s'impose désormais à tous, pouvoirs publics comme citoyens. Ce n'est pas la circulation alternée qui pourra mettre un terme durable aux récurrents pics de pollution. C'est pourquoi nous avons réfléchi aux moyens de transport alternatifs non polluants à mettre en place le plus rapidement possible à Paris. Deux critères sont ici respectés : l'éco-responsabilité (ou presque), mais surtout l'aspect ludique. Ces transports publics du futur doivent être excitants à emprunter pour que les Parisiens renoncent définitivement à leur voiture et son cortège de CO2. Attention, nous ne sommes que les cerveaux de ces beaux projets, nous laissons aux ingénieurs le soin de leur réalisation technique.


Des télésièges

© William Béchet, Yookô

Bénéficiez en pleine ville de tous les avantages du télésiège montagnard, tels que la vue imprenable sur le paysage urbain ou encore la petite séance de méditation à laquelle se prête ce voyage dans les airs. Seulement, certaines règles doivent être respectées : les objets personnels sont déposés dans un coffre à l'arrière des sièges pour éviter d'assommer par inadvertance les piétons en semant ses petites affaires. Une autre alternative existe aussi pour la sécurité de nos concitoyens : le port du casque obligatoire dans les rues de Paris. Entrée interdite aux poussettes. Cracher est puni d'une amende de 150 €. Seul bémol, les fréquentes grèves de la RATP (Régie des Aériens Télésièges Publics) provoquent l'attente en plein ciel et sous les intempéries de centaines de voyageurs. Quelques suicides, attention aux chutes en fonction des annonces de la météo.


Des calèches

© Hasnae

Il suffit de réfléchir aux temps où l'air était encore pur et ne sentait pas encore le pneu brûlé pour trouver la solution : les calèches. Il s'agirait simplement de réorienter l'économie en direction de ces voitures tirées par un attelage de chevaux, un moyen de locomotion d'un autre âge certes, mais qui confère à nos déplacements un charme non négligeable. On en vient presque à se demander pourquoi nous avons abandonné ce moyen de locomotion si pratique, beaucoup plus romantique et moins dangereux que la voiture. Ok, il ne faut pas oublier non plus les quantités d'excréments déversés dans la rue par ces animaux, et on se souvient qu'au XIXe siècle, certaines rues de Paris ressemblaient à des fosses à purin. Eco-responsable et bobo, la calèche reste malgré tout une solution viable (et futuriste) pour se déplacer à Paris. Alors fouette, cocher !


À vol de pigeons

© Xeni Jardin

Pourquoi ne pas faire une pierre deux coups, en trouvant une utilisation aux animaux les plus envahissants de la ville tout en créant un moyen de transport eco-responsable ? Oui, les pigeons pourraient nous être d'une grande aide dans nos déplacements futurs. Sur le même modèle que la maison du dessin animé 'Là-haut', ou encore de la pêche dans 'James et la pêche géante' de Roald Dahl, notre carrosse s'envolerait tiré par des centaines de pigeons. Quelques soucis devront être résolus par les ingénieurs, comme celui des déjections animales et accessoirement celui du dressage. Comment faire comprendre à des centaines de pigeons que nous souhaitons nous rendre au 14, rue de Charonne ? Sans doute en leur jetant des miettes de pain dans la direction souhaitée, tout au long du voyage. Et n'oubliez pas : il y a plus de pigeons à Paris que de Uber.


Des échasses

Le swag

Le swag

Moyen de transport très réputé chez les clowns et les saltimbanques, les échasses demandent néanmoins l'acquisition d'une certaine technique avant d'être utilisées dans les rues de Paris. Un peu comme le permis A pour la conduite en voiture, un permis H-asse serait institué afin que chacun se familiarise avec ces pièces de bois qu'utilisaient autrefois les bergers landais. Pratiques pour se garer durant les heures de pointe, idéales quand il s'agit d'anticiper des embouteillages, nécessaires si l'on veut enjamber un obstacle ou un bénévole d'ONG, les échasses représentent le nec plus ultra de la piétonisation. Pour davantage de rapidité et de mobilité, la hauteur des échasses sera limitée à 3 mètres au maximum. Ne nous demandez pas comment on descend d'échasses hautes de 3 mètres, cela vous sera expliqué par les moniteurs d'échass-écoles lors de votre formation. Sujets au vertige s'abstenir.


En tyrolienne

© Tunisian Globe trotter

Qui n'a jamais rêve de se retrouver dans la peau de Spiderman ? Filer le long des rues parisiennes suspendu à un simple fil, tisser son propre parcours avec l'enivrante impression de voler, jouer les filles de l'air ? Alors, à vos poulies et vos harnais pour aller à votre rendez-vous chez le dentiste de 14h ! Grâce à la tyrolienne, vous descendez Ménilmontant, Belleville, la Butte aux Cailles ou Montmartre en deux temps trois mouvements, un sacré style en prime. Avec un peu d'élan, vous pouvez même espérer atteindre le centre de Paris en cinq minutes. Avant 20h, les cris idiots façon Tarzan tels que « Oooohiyahiyaaaaaa » seront même autorisés lors des descentes. En montée, préférez les télésièges.



City links

Global links