Adrien Missika : Amexica

Art, Art vidéo Libre
Recommandé
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Adrien Missika : Amexica
© Adrien Missika
Adrien Missika, 'Amexica', 2014

L'idée d'Adrien Missika est aussi simple qu'elle est efficace. Pour parler de cette muraille de plusieurs milliers de kilomètres bâtie entre le Mexique et les Etats-Unis, il a choisi de la franchir – symboliquement au moins. A l'aide d'un petit drone télécommandé équipé d'une caméra, par onze fois, de Ciudad Juarez à Tijuana, l'artiste suisse « passe » la frontière par la voie des airs. Il en tire autant de courts films qui, mis bout à bout, racontent ces montagnes arides, ces déserts calcinés, ces villes absurdement coupées en deux.

Dramatisée par quelques notes de synthétiseur (et marquée par des images aériennes magnifiques), la vidéo 'As The Coyote Flies' rend palpable l'insurmontable difficulté de celui qui voudrait traverser ces contrées inhospitalières. L'utilisation du drone, appareil militaire à l'origine, évoque la violence de cette ligne qui délimite Mexique et Etats-Unis, traversée par les wetbacks (immigrants illégaux) qui tentent d'atteindre l'Eldorado américain, mais aussi les cartels de la drogue. Puis le crash accidentel du drone glace soudain le sang – écho involontaire aux milliers de migrants qui n'atteindront jamais leur but.

Ici, même les paysages semblent avoir été remodelés par la main de l'homme, vaniteux : le no man's land autour de ce gigantesque grillage se compose de canaux rectilignes et de pistes interminables que parcourent les pick-ups immaculés de la Border Patrol. Mais l'arrivée impromptue du mur dans l'océan Pacifique souligne l'impossible domestication de la nature. Les autres œuvres de cette exposition astucieuse et piquée d'humour insistent d'ailleurs sur la continuité de la végétation, de part et d'autre de cette frontière, montrant l'artifice de ces coupures humaines. Et l'on repense aux mots de Victor Hugo lors de son discours d'ouverture du Congrès de la paix de 1849 : « Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres, entre Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle semblerait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie. » Apparemment, c'est pas pour demain.

> Horaires : du mardi au dimanche de 13h à 19h.

Par Mikaël Demets

Publié :

Téléphone de l'événement 01.42.71.44.50
LiveReviews|0
2 people listening