Carambolages

Art, Art contemporain
  • 3 sur 5 étoiles
  • 3 sur 5 étoiles
(2Appréciations)
0 J'aime
Epingler
carambolages (© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski)
1/3
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski
Louis Antoine de Gontaut, marÈchal duc de Biron (1700-1788) Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. MV5631.
carambolages (© Galerie Marianne Goodmann © Adagp, Paris 2016  )
2/3
© Galerie Marianne Goodmann © Adagp, Paris 2016
Annette Messager, Gants-tête 1999 gants, crayons de couleur ; 178 x 133 x 10 cm collection AM et M Robelin
carambolages (© Gabinetto Fotografico della Ex Soprintendenza e del Polo Museale della città di Firenze  )
3/3
© Gabinetto Fotografico della Ex Soprintendenza e del Polo Museale della città di Firenze
Nicola Van Houbraken Autoportrait vers 1720 huile sur toile ; 136 x 99 cm Florence, galerie des Offices

Chamboulant toute chronologie, bouleversant l'histoire des arts, l'exposition 'Carambolages' actuellement au Grand Palais propose un parcours où seuls l'écho et les associations d'idées guident nos pas. Volontairement athématique et férocement intuitive, elle nous promène d'un masque polynésien à un tableau de Dürer en passant par une estampe d'Hokusaï. Mais le sens n'est pas à chercher dans le dépliant ni sur les cartels, car ils ont été supprimés pour laisser toute leur place aux œuvres d'art. En vérité, c'est la pure rencontre avec celles-ci qui est au cœur du dispositif, qui privilégie l'émotion et l'interprétation de chacun. Evoluant au gré des motifs qui se retrouvent d'une toile à l'autre, des figures qui se poursuivent d'un objet à l'autre et des couleurs qui déteignent d'une œuvre à l'autre, le spectateur suit un chemin entre symbolisme, fantasmagorie et rêverie planante. Et est invité à se perdre dans ses propres impressions.

Ainsi, c’est un joli pari que celui fait par le commissaire Jean-Hubert Martin de laisser libre cours à l'imagination et la sensibilité des visiteurs. De même que de ne répondre à la question du sens de cet assemblage que par l'interprétation que s'en font les esprits singuliers. Malheureusement, l'étendue et la densité de l'exposition donnent parfois l'impression de se retrouver au beau milieu d'un bric-à-brac dont on ne saisit plus très bien la cohérence. Ce qui paraissait au premier abord comme audacieux (ne pas guider le spectateur mais de l'obliger à errer dans ses propres réflexions) se transforme donc vite en coquille vide de sens. Bref, l'exposition s'éparpille et nous laisse un peu pantois.

Cependant, le caractère précieux et l'histoire de chacune des œuvres rattrapent tout de même le sentiment de flottement général qu'on peut avoir face à l'installation. Et, bien que l'on ne soit pas happé par l'évidence de l'agencement, on se prend toutefois au jeu de dominos que propose 'Carambolages', en cherchant l'élément qui déclenchera l'œuvre suivante. Amusante, l'exposition est à voir pour la beauté des œuvres qu'elle rassemble et la légèreté de son ton.

Par Elise Boutié

Publié :

Téléphone de l'événement 01.44.13.17.17
Site Web de l'événement http://www.grandpalais.fr/

Average User Rating

3 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:1
LiveReviews|2
1 person listening
Bishouille
tastemaker

(+) Un parcours ludique sans thème où l'amateur d'art doit chercher le lien unissant une succession d’œuvres regroupées par sections thématiques, à la manière d'un jeu de domino.
(+) On se prend au jeu de cette expo vraiment originale qui fait se rencontrer divers types d’œuvres, de la toile à la sculpture, en passant par des installations animées, et divers courants d'art.
(+) Pas de cartels ici, pour laisser pleinement la place aux impressions et interprétations de chacun.
(-) Un peu trop long...

Un chouette mélange où pour une fois le thème n'est pas un auteur ou un courant artistique.