David Bowie Is

Art
Recommandé
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Aladdin Sane (Exposition David Bowie Is / Photo : Duffy / © Duffy Archive & The David Bowie Archive)
1/14
Exposition David Bowie Is / Photo : Duffy / © Duffy Archive & The David Bowie Archive
Aladdin Sane tour bodysuit (Exposition David Bowie Is / © Sukita / The David Bowie Archive 2012)
2/14
Exposition David Bowie Is / © Sukita / The David Bowie Archive 2012
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
3/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
Archer Station to Station tour (Exposition David Bowie Is / © John Robert Rowlands)
4/14
Exposition David Bowie Is / © John Robert Rowlands
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
5/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
6/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
Earthling (Exposition David Bowie Is / © Frank W Ockenfels 3)
7/14
Exposition David Bowie Is / © Frank W Ockenfels 3
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
8/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
9/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
Bowie & William Burroughs (Exposition David Bowie Is / © David Bowie Archive 2012 / V&A Images)
10/14
Exposition David Bowie Is / © David Bowie Archive 2012 / V&A Images
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
11/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
12/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out
Paroles de 'Blackout' (Exposition David Bowie Is / © The David Bowie Archive 2012 / V&A Images)
13/14
Exposition David Bowie Is / © The David Bowie Archive 2012 / V&A Images
 (Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out)
14/14
Vue de l'exposition 'David Bowie Is' / Photo : © TB / Time Out

« Même si je donne l’impression de beaucoup changer, il semble y avoir un lien ténu entre toutes les choses que je fais. Ce lien, c’est moi. » Oui, d’accord, mais qui est « moi », David Bowie ? Un extraterrestre androgyne apparu à la télé britannique le 6 juillet 1972 pour révolutionner la culture pop ? Ponce Pilate en toge, poursuivi par la caméra de Martin Scorsese ? Ziggy Stardust, le pirate glam rock qui roule du cul avec sa guitare et son legging trop moulant ? Un musicien Dada qui se sert du logiciel Verbalizer pour écrire les paroles de ses chansons ? Jareth le Roi des Gobelins qui babysitte des enfants humains dans le ‘Labyrinthe’ de Jim Henson ? Un acteur-caméléon ? Un mime ? Un peintre ? Un visionnaire ? Un demi-dieu ?

Pour sa première exposition, la Philharmonie répond à toutes ces questions par un grand « oh ouiii », en s’appuyant sur des centaines de preuves qui crient haut et fort la flamboyante pluridisciplinarité de Bowie : clips, costumes, pochettes d’albums, extraits de films, peintures, coupures de journaux, photos, croquis, interviews, funk, soul, rock, disco – et même des feuilles de papier-peint, dessinées pour Laura Ashley. Après avoir fait le tour du monde, l’exposition conçue par le Victoria & Albert Museum en 2013 a enfin posé ses valises à Paris, pour revenir sur la célébrité astronomique du père de Major Tom, ses mèches rebelles rebelles et sa faculté à ch-ch-ch-changer de registre musical comme de fard à paupières. Et le résultat s’avère à la hauteur de nos espérances : foisonnant, dense, spectaculaire, intelligent. Parfois même à la limite du trop plein.

Mais qu’importe : ici, il s’agit de grappiller des informations çà et là, de papillonner à son rythme d’un univers à l’autre et de piocher parmi les dizaines de personnages que s’est créés l’Anglais, qui fut sans doute le premier à donner autant d’importance à l’esthétique qu’à la musique. Piochant autant dans l’imagerie spatiale que dans le film ‘Orange Mécanique’, les kimonos de Kansai Yamamoto, les maquillages du mime Lindsay Kemp, Andy Warhol, le style d’Iggy Pop ou Marc Bolan, David Bowie le roi du collage ne pouvait se faire tirer le portrait que par une exposition éclatée, en forme de tableau cubiste. L'essence d’un artiste pop, tout simplement.


> Horaires : du mardi au jeudi de midi à 20h et du vendredi au dimanche de 10h à 22h (fermé le 1er mai).


> Voir aussi :

Notre dossier spécial David Bowie dans le cadre de l'exposition



Les métamorphoses de David Bowie




14 chansons méconnues de Bowie

 

Par Tania Brimson

Publié :

Site Web de l'événement http://www.philharmoniedeparis.fr/fr
LiveReviews|0
1 person listening