Denis Darzacq

Art, Photographie
  • 1 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
0 J'aime
Epingler
 (© Denis Darzacq)
1/5
© Denis Darzacq
 (© Denis Darzacq)
2/5
© Denis Darzacq
 (© Denis Darzacq)
3/5
© Denis Darzacq
 (© Denis Darzacq)
4/5
© Denis Darzacq
 (© Denis Darzacq)
5/5
© Denis Darzacq

Le photographe expose deux de ses séries les plus fortes à la MEP : 'Act' et 'Comme un seul homme'.

 

Average User Rating

1 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:1
LiveReviews|1
1 person listening
Avatar for Lucie T


Je suis sorti de l'exposition"Act " de Denis Darzacq avec l'envie de gifler quelqu'un, n'importe qui, très violemment, histoire de me calmer les nerfs. 


Impossible de reconnaître une sincérité, une sensibilité dans ces images mises en scenes " "empreintes d'onirisme "aussi pesantes qu’étriquées, qui prétendent s’intéresser aux “vrais gens” quand la seule chose qu’ils racontent est la prétention galopante de leur auteur . 

Ohmondieu !! regardez le Grand ,l'Immense et Genereux photographe que je suis !!!! je vais vous montrer das handicapés , et ce  sera non doloriste

Denis Darzacq s’imagine sans nul doute que ces moments “sur le vif” et "oniriques " sonnent plus vrai que nature, alors qu’ils transpirent la présence du photographe en train de se gargariser de son génie incomparable à dépasser le quotidien.Quel résistant ! Quel combattant !

dans cette Exposition de Denis Darzacq qui prétend faire la part belle au “gens que personne ne regarde”" aux gens sans pouvoirs , que seraient les handicapés , selon les propres mots accompagnants le texte de présentation  on ne sent jamais rien tant que la présence du grand photographe ,"si humaniste," "si courageux" qui porte son appareil photo à bout de bras comme un reporter de guerre. 

mais ce regard porté sur le handicap laisse un gout ambigu  en bouche ! On y sent une condescendance deguisée , il fait penser a la pièce qu’on refile au clochard en sortant de la boulangerie la bouche remplie de chouquettes, histoire de se donner bonne conscience le temps de remonter à la maison bien au chaud.