Le meilleur de votre ville

FIAC Off et hors les murs

Ou comment faire la foire sans passer par la case Grand Palais

© TB / Time Out


Pas plus tard qu'hier après-midi, nous avons fait un tour à la FIAC. La vraie. Celle du Grand Palais, avec ses 191 galeries et 3 451 artistes. Avec ses entrées à 35 euros et ses allées interminables, où se côtoie un gratin de spécialistes, de collectionneurs et de marchands, issu d'un milieu artistique très international, certes. Mais aussi terriblement fermé.

Et comme souvent, en ce énième week-end d'octobre placé sous le signe de l'art contemporain, nous sommes rentrés étourdis de cette orgie d'œuvres qui donne à la consommation artistique des allures de centre commercial du luxe. Au rez-de-chaussée, sous la verrière, où sont présentées certaines des galeries les plus prestigieuses du marché occidental, c'est la foire à la mondialisation. Comme le H&M, le Zara ou le Starbuck's que vous trouverez inéluctablement au centre de Milan, New York, Londres, Vienne, Zürich ou Berlin, il y a dans chacune de ces villes la galerie qui expose son lot d'œuvres d'Anish Kapoor, de Pierre Soulages, de Damien Hirst, de Tony Cragg, de Juan Muñoz ou de Maurizio Cattelan, sensiblement identiques à celles que l'on trouve dans les galeries du Marais ou de l'Ouest parisien, à quelques stations de métro de chez nous. Résultat : quand tous ces grands marchands se réunissent sous la nef du Grand Palais, il ne reste finalement pas beaucoup de place pour la surprise. Ici, on banque sur des valeurs sûres, en spéculant sur les stars intersidérales du moment.

Alors, pour savourer un peu plus le goût de l'inattendu, il faudra au moins s'aventurer au premier étage du Grand Palais, occupé par des galeries moins guindées, capables de faire preuve de plus d'audace, de cran ou de dérision. Mais pour vraiment sortir des clous - ou voir quelques pointures du marché avec un grand M sans devoir débourser quoi que ce soit - il vaudra même encore mieux renoncer à faire la queue pendant une heure pour la modique somme de 35 euros (quel dommage) et aller voir du côté des propositions en plein air (FIAC hors les murs), de la Cité de la Mode (FIAC (OFF)ICIELLE), ou des nombreuses foires satellites qui viennent, de plus en plus nombreuses, surfer sur la grande vague automnale de l'art contemporain parisien. Parfois dans les mêmes remous, parfois à contre-courant. Pour vous aider à faire le tri, la rédaction s'est penchée sur quelques-uns de ces événements « off » (ci-dessous), qui vous permettront de faire la FIAC. Sans vraiment y aller.

Les foires Off

Scène émergente • YIA

On connaissait les YBA (Young British Artists), leurs vaches découpées (Damien Hirst), leurs poupées siamoises (les frères Chapman) et leurs draps tachés de sang (Tracey Emin). On a désormais affaire à une toute autre espèce, beaucoup plus sage, beaucoup moins starifiée, bien plus éclectique : les YIA (Young International Artists), qui se réunissent cette année au Carreau du Temple. La suite

Du 24 au 26 octobre • Carreau du Temple, 2 rue Eugène Spuller, 3e • De 8 à 15 €

Numérique • Variation

  • Gratuit

La foire satellite Show Off, l'une des pionnnières du genre, change de nom et de formule. C'est désormais à « Variation » que l'on viendra chercher un peu d'art frais - à présent nettement orienté vers les arts numériques, au sens large du terme. Pour cette 9e édition, l'événement met en outre l'accent sur la vente des œuvres exposées. A vos pixels !

Plus d'infos ici.

Du 21 au 26 octobre • Espace Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille du Temple, 4e • Gratuit

Plaque tournante • Slick

Pour sa 9e édition, la foire se réinstalle sur les Berges de Seine, sous le pont Alexandre III. Elle accueille cette année une trentaine de galeries et une dizaine de projets d'artistes émergents à La Plateforme, nouvel espace de 150 m2 inauguré à cette occasion. En savoir +

Du 22 au 26 octobre •  Pont Alexandre III, 8e • De 8 à 12 €

Classique • Art Elysées

Plus classique, moins audacieuse, Art Elysées (alliée à Design Elysées) présente un panorama très large de l'art du XXe siècle, dans des pavillons éphémères installés le long des Champs-Elysées.

Plus d'infos ici.

Du 23 au 27 octobre • Champs-Elysées, 8e • 15 €

Brut • Outsider Art Fair

  • Gratuit

Installée depuis 22 ans à New York, l'Outsider Art Fair, foire internationale dédiée corps et âme à l'art brut, fête sa deuxième édition parisienne cette année. Rendez-vous au très chic hôtel Le A jusqu'à dimanche pour découvrir les trouvailles des 25 galeries participantes.

Plus d'infos ici.

Du 23 au 26 octobre • Hôtel Le A, 4, rue d’Artois, 8e • Gratuit


Pas vraiment Off • (OFF)ICIELLE

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

  • © TB / Time Out

© TB / Time Out


Cette année, à la Cité de la Mode, la FIAC se munit d'une foire alternative qui vise à promouvoir des galeries davantage tournées vers la scène émergente, au fil d'un parcours moins monstrueux (soixante-huit booths d'exposants français et internationaux, contre près de 200 au Grand Palais). Une initiative moins guindée et un peu plus audacieuse que celle de la rive droite, où l'on retrouve notamment des enseignes parisiennes prometteuses comme les galeries Particulière, De Roussan, Laurent Godin ou Anne Barrault.

Si elle n'invente pas le fil à couper le beurre (l'exploitation de l'espace est sensiblement la même qu'au Grand Palais), cette (OFF)ICIELLE a au moins le mérite de délocaliser, d'assouplir et de rendre plus accessible l'esprit de la FIAC. On en oublierait presque l'absurdité d'un « off » organisé par le « in » lui-même, et donc soumis aux mêmes rouages que le reste de cette grand-messe de l'art contemporain qui tourne si volontiers le dos au grand public pour privilégier une faune de marchands, de collectionneurs, de fanatiques et de spécialistes.

Plus d'infos ici.

Du 22 au 26 octobre • Cité de la Mode et du Design, quai d'Austerliz, 13e • De 10 à 15 €


FIAC • Hors les murs

Hors service • Place Vendôme

  • Gratuit

L'avalanche médiatique de « McCarthy Gate » donne du fil à retordre. Avouez que c'est quand même gros. Il aura fallu un plug anal géant pour prendre la température de la société parisienne, et mesurer à quel point une certaine frange de la population souffre d'une contraction contagieuse du sphincter. Après des mois de manifs « pour tous » et autres accès catho-conservateurs aigus, le scandale provoqué par le 'Tree' gonflable de Paul McCarthy a mis, une fois de plus, le doigt sur la pudibonderie ambiante en éveillant les hystéries moralisatrices. La suite

Terminé • Place Vendôme, 1er

Au bord de l'eau • Berges de Seine

  • Gratuit

Des Invalides aux Tuileries et du pont Alexandre III à celui de la Concorde, la FIAC s'étale le long des quais de Seine pour la deuxème année consécutive. Cette fois, le cinéma est mis à l'honneur au fil d'un parcours sonore et visuel au fil duquel on croise des œuvres de musiciens (Philippe Katerine, Rodolphe Burger...), de plasticiens (Eddie Ladoire, Hélène Perret, Emmanuel Lagarrigue...) et d'un réalsateur, Jonas Mekas.

Plus d'infos ici.

Jusqu'au 2 novembre • Berges de Seine • Gratuit

A l'orée du Louvre • Tuileries

  • Gratuit

Pour la neuvième fois, une belle brochette d'artistes contemporains se joint aux monstres sacrés de la sculpture (Rodin, Carpeaux, Giacometti...) qui font des Tuileries l'un des plus beaux musées de statues à ciel ouvert. Georg Baselitz, Christian Boltanski, Ernesto Sartori, Jean-Luc Verna, les frères Chapuisat... Autant d'artistes qui ont semé leurs œuvres monumentales dans les jardins du Louvre, à l'occasion de cette 41e FIAC.

Plus d'infos ici.

Jusqu'au 26 octobre • Jardin des Tuileries, 1er • Gratuit

Au vert • Jardin des Plantes

  • Gratuit

Julien Salaud, Claude Viallat, Kate MccGwire, Laurent Le Deunff, Nicolas Floc'h, Pilar Albarracín... Joli casting, pour faire dialoguer les arbres, les kangourous et l'art contemporain. Eh oui, une fois de plus, la FIAC se met au vert et réunit une vingtaine d'artistes au cœur du Jardin des Plantes pendant plus d'un mois, dans le cadre de sa programmation hors les murs. Autant de talents émergents ou confirmés qui ont pour habitude d'interroger le rapport de l'homme au monde animal et végétal. La suite

Jusqu'au 24 novembre • Jardin des Plantes, 5e • Gratuit


Voir aussi : notre dossier FIAC



City links

Global links