Le meilleur de votre ville

Graphisme à gogo à la Cité des arts

Affiches, presse underground et livres-objets : les expositions de la Fête du graphisme s'invitent à la Cité internationale des arts jusqu'au 8 février

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / © Henning Wagenbreth

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015

  • Fête du Graphisme 2015 / © Kazumasa Nagai

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / © Ugo Gattoni

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / 'Life' 2001, Nagai Studio, 2001

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

  • 'Couverture n° 3', éditions La Chienne, graphzine, impression offset, 2014, France / © Editions La Chienne

Fête du Graphisme 2015 / Photo : © TB / Time Out

Aah. Voilà qui nous change des campagnes pour la vingt-deuxième démarque des soldes, bricolées sur Paint par le petit Kevin du marketing à la fin de son stage d'observation. Henning Wagenbreth, Charles Burns, Moulinex, Robert Crumb, Kazumasa Nagaï... Il y a du beau monde à la Fête du graphisme, qui s'affiche un peu partout cette année : dans les rues de Paris, sur les abribus, à la Gaîté Lyrique, au MK2 Bibliothèque et, surtout, à la Cité internationale des arts, dont les trois expositions forment le clou de cette deuxième édition. Un parcours qui s'étale sur quatre étages denses, très denses, qui fourmillent de pépites graphiques. Voyage en trois étapes.

Première étape • Utopies et réalités de Henning Wagenbreth et Kazumasa Nagaï

Deux maîtres du graphisme situés aux antipodes l'un de l'autre. D'un côté, le brillant Henning Wagenbreth, dont l'univers éclatant de couleurs, de détails et de petits personnages loufoques lorgne autant vers la candeur (cruelle) de la bande dessinée que vers les saynètes fourmillantes de Bruegel ou de Bosch. De l'autre, le Japonais Kazumasa Nagaï, dont l'expression ronde et souvent très douce parle au contraire le langage de l'épure et de la stylisation. Un face-à-face plutôt réussi, alimenté de belles reproductions.

Deuxième étape • Tour du monde du livre : We Love Books !

Le graphiste-maquettiste est souvent au livre ce que le batteur est au groupe de rock : le type essentiel dont personne ne parle jamais, alors que c'est lui qui donne le tempo. Jolie revanche au deuxième étage de la Cité, qui rend hommage aux Abbott Miller, Terese Moe Liner, Mohieddine Ellabbad et autres artistes qui dessinent des couvertures et créent des livres-objets, réfléchis et soignés au millimètre près. On regrettera simplement une absence de réflexion, de la part des commissaires de l'exposition, sur les processus de création et de fabrication de ces ouvrages qui font de la lecture une expérience non seulement intellectuelle, mais aussi visuelle et tactile.

Troisième étape • Underground : une sélection de revues alternatives des années 1960 à aujourd’hui

Et pour la fin, le meilleur : une immersion dans la presse « alternative » des années 1960 jusqu'à nos jours. Comprendre : un accrochage joyeusement chaotique de magazines, fanzines, comics ou livres autoédités, tous plus critiques, délurés et caustiques les uns que les autres. Actuel, Dernier Cri, Un Regard moderne, Bazooka, Raw, côté titres. Charles Burns, LL Cool Jo, Moolinex, Thomas Perrodin, côté dessinateurs. Et au milieu de tout ça, un Time Out de 1971 - couverture signée Robert Crumb s'il-vous-plaît ! Un bain de contre-culture qui vient nous rappeler, par les temps qui courent, à quel point l'art de la satire nous est précieux, et combien il a lutté pour faire entendre sa voix dissonante depuis les années 1960. De quoi ressortir, d'autant plus, l'absence criante de Hara Kiri et de Charlie Hebdo, tristement introuvables sur ces murs recouverts de presse atrabilaire et mordante où ils avaient, pourtant, toute leur place.


Où ? • A la Cité internationale des arts, 18 rue de l'Hôtel de Ville, 4e.

Quand ? • Du 16 janvier au 8 février, tous les jours de 10h à 19h.


Combien ? •
5 euros (tarif réduit 2,50 euros).

Plus d'infos •
Sur le site de la Fête du graphisme.


City links

Global links