Icônes américaines

Art, Peinture
  • 2 sur 5 étoiles
  • 1 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
0 J'aime
Epingler
 (Andy Warhol, 'Liz #6' (détail), 1963 / © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / Artists Rights Society (ARS), New York / © SFMOMA / Photo Ben Blackwell)
1/5
Andy Warhol, 'Liz #6' (détail), 1963 / © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / Artists Rights Society (ARS), New York / © SFMOMA / Photo Ben Blackwell
 (Brice Marden, 'Cold Mountain 6 (Bridge)', 1989-1991 / © ADAGP, Paris, 2015 / © SFMOMA / Photo Ben Blackwell)
2/5
Brice Marden, 'Cold Mountain 6 (Bridge)', 1989-1991 / © ADAGP, Paris, 2015 / © SFMOMA / Photo Ben Blackwell
 (Roy Lichtenstein, 'Live Ammo (Tzing!)', 1962 / © Estate of Roy Lichtenstein New York / ADAGP, Paris 2015 / © SFMOMA)
3/5
Roy Lichtenstein, 'Live Ammo (Tzing!)', 1962 / © Estate of Roy Lichtenstein New York / ADAGP, Paris 2015 / © SFMOMA
 (Richard Diebenkorn, 'Berkeley #23', 1955 / © The Richard Diebenkorn Foundation / © SFMOMA / Photo Richard Grant)
4/5
Richard Diebenkorn, 'Berkeley #23', 1955 / © The Richard Diebenkorn Foundation / © SFMOMA / Photo Richard Grant
 (Chuck Close, 'Robert', 1996-1997 / © Chuck Close, courtesy Pace Gallery, New York / © SFMOMA / Photo Ellen Page Wilson)
5/5
Chuck Close, 'Robert', 1996-1997 / © Chuck Close, courtesy Pace Gallery, New York / © SFMOMA / Photo Ellen Page Wilson

Pas tant une exposition qu’une vitrine. Une très belle vitrine, certes, pour le musée d’art moderne de San Francisco (SFMOMA), qui profite de ses travaux de rénovation (réouverture en 2016) pour exhiber ses plantureuses collections à l’étranger. Sol Lewitt, Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Dan Flavin, Donald Judd, Alexander Calder, Ellsworth Kelly… Casting on ne peut plus sexy, presque à la limite de l’indécent. Au total, quatorze artistes qui ont façonné l’art américain depuis la Seconde Guerre mondiale exposent quelques-unes de leurs œuvres au Grand Palais, révélant la richesse du fonds du musée californien, désormais étoffé par la vertigineuse collection d’art contemporain de la famille Fisher (fondatrice de la marque GAP). Bref, un joli petit « musée en valise », tout de grands tableaux (gigantisme américain oblige) et de vastes mobiles (Calder of course) vêtu.

Mais l’intérêt de ces ‘Icônes américaines’ s’arrête à peu près à ce rassemblement de grandes pointures made in USA, qui donne envie sur le papier mais s’avère insipide sous la dent. Comme un blockbuster qui se contenterait de réunir les acteurs les plus chers d’Hollywood pour peupler un film finalement anecdotique, sans saveur ni scénario à proprement parler. Dans le (relativement) petit espace de la galerie sud-est, le Grand Palais ne se foule pas trop. Esquisse très très vaguement une histoire de l’art américain de l’après-guerre, période pourtant fascinante où l’Oncle Sam s’émancipe enfin du lourd héritage des avant-gardes européennes pour trouver sa propre voie, son propre langage, sa propre démesure. Survole trop rapidement les courants de cette explosion artistique, de l’expressionnisme abstrait au Pop art. Cite paresseusement les « figures majeures » de l’art des Etats-Unis, en omettant sans sourciller Jackson Pollock, Mark Rothko, Willem De Kooning, Robert Rauschenberg ou Edward Hopper. Une exposition-liste qui ne rend pas vraiment justice au SFMOMA. Sans profondeur, sans réflexion, sans Francisco. 

Tous les jours de 10h à 20h (sauf le mardi) / Nocturne le mercredi jusqu’à 22h

Par Tania Brimson

Publié :

Average User Rating

1 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:1
LiveReviews|1
1 person listening
Nicolas Nicolas

"title"

1 of 1 found helpful

Extrêmement peu d'œuvres, très décevant, je déconseille fortement pour ce tarif, en comparaison avec les expositions aux alentours.