Le Lointain

Art, Dessin Libre
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Le Lointain
Courtesy de la galerie Christian Berst
Janko Domsic, sans titre, c. 1975

Si la vérité est ailleurs, le lointain, lui, est peut-être ici : dans cette exposition d’art brut, où l’on pénètre comme par effraction dans les rêves et les visions d’une poignée d’artistes illuminés. Ils sont treize (comme par hasard), poussés vers la création par leur folie ou par des croyances occultes. Treize à avoir été touchés par une main étrange, issue du domaine de l’ésotérisme, de la métaphysique ou des petits bonshommes verts. Alors, pour s’exprimer, pour ne pas complètement perdre le contact avec le monde concret, il leur a fallu donner corps à ce « lointain » magnétique : en peignant des OVNI multicolores (Ionel Talpazan), en gribouillant des dessins automatiques (Patricia Salen), en se laissant guider par une force inconnue, qui se manifeste sous forme d’abstractions médiumniques (Henriette Zéphir).

Pas forcément spectaculaire, ce territoire crypté par des signes et des chiffres raconte surtout des vies bouleversées, à un moment ou un autre, par des épisodes mystiques. On y croise quelques « stars » internationales de l’art outsider (Janko Domsic, Adolf Wölfli, Melvin Way, John Devlin…), mais aussi des créateurs moins connus comme Patricia Salen ou Nina Karasek (alias Joële). Depuis leurs postes d’observation, marginaux évidemment (parfois, l’hôpital psychiatrique), ils ne se posent ni en artistes, ni en prédicateurs. Plutôt, pour reprendre une expression des galeristes, en « sismographes de l’au-delà ». Leurs oscillations dégagent une aura à la fois troublante et extrêmement intime : celle, sans doute, du fin fond de là-bas.

> Horaires : du mardi au samedi de 14h à 19h.

A voir absolument (dans la même veine) :


'Raw Vision' à la Halle Saint-Pierre

Par Tania Brimson

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening