Le meilleur de votre ville

Pompidou est Charlie (une phrase impensable il y a 40 ans)

La Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou expose des couvertures de Charlie mensuel en hommage aux victimes de l'attentat du 7 janvier 2015

Au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo, la Bibliothèque Kandinsky, à Beaubourg, rend hommage au journal satirique en signe de solidarité. Didier Schulmann, directeur du centre de documentation, a choisi de consacrer les vitrines de la bibliothèque à quelques couvertures historiques de la publication, le Centre Pompidou possédant la collection complète des Charlie mensuels parus entre 1969 et 1986. Une exposition montée en urgence pour signifier la vive émotion du personnel de Beaubourg et saluer la liberté d'expression, tragiquement bafouée, des journalistes-illustrateurs assassinés mercredi matin.


Aujourd'hui, donc, « Pompidou est Charlie ». Formulée comme ça, la situation paraît assez surréaliste quand on repense aux Unes grinçantes que Wolinski, Cabu, Reiser ou Gébé ont pu imaginer pour décrier, de son vivant, le président gaulliste qui a donné son nom au musée national d'Art moderne (« Pompidou en fuite / Avec la paye des députés ! », « U.D.R. / Un pour tous, tous pourris »... Voir les images ci-dessous). Le genre d'absurdité que l'essayiste Caroline Fourest, ex-membre de la rédaction de Charlie Hebdo, relevait hier matin sur France Inter avec une tendre dérision : « J'essaie de penser à eux [Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, Honoré, Maris, Cayat...]. Ils étaient capables de rire de tout et je suis sûre qu'ils étaient capables de rire de leur propre mort, en voyant que tous les religieux se précipitent pour leur rendre hommage, que Poutine a envoyé un communiqué, que Christine Boutin prie pour eux ou que L'Equipe (on sait qu'ils aimaient beaucoup le football !) leur fait une belle Une. Je suis sûre qu'ils auraient beaucoup ri, et en même temps qu'ils auraient beaucoup aimé. » Hélas, ils auraient sans doute aussi de croustillants coups de crayon à coucher sur le papier, pour tirer un peu de (non-)sens de tout ça.

Cliquer sur la flèche à droite de l'image pour faire défiler le diaporama.

  • Charlie Hebdo n° 162, 24 décembre 1973

  • Charlie Hebdo n° 120, 5 mars 1973

  • Charlie Hebdo n° 177, 8 avril 1974

  • Charlie Hebdo n° 79, 22 mai 1972

  • Charlie Hebdo n° 168, 4 février 1974

  • Charlie Hebdo n° 137, 2 juillet 1973

  • Charlie Hebdo n° 54, 29 novembre 1971

  • Charlie Hebdo n° 117, 12 février 1973

  • Charlie Hebdo n° 134, 11 juin 1973

  • Charlie Hebdo n° 32, 28 juin 1971

  • Charlie Hebdo n° 46, 4 octobre 1971

  • Charlie Hebdo n° 76, 1er mai 1972

  • Charlie Hebdo n° 65, 14 février 1972

  • Charlie Hebdo n° 96, 18 septembre 1972

  • Charlie Hebdo n° 108, 11 décembre 1972

  • Charlie Hebdo n° 111, 1er janvier 1973

  • Charlie Hebdo n° 133, 4 juin 1973

  • Charlie Hebdo n° 147, 10 septembre 1973

  • Charlie Hebdo n° 150, 1er octobre 1973

Charlie Hebdo n° 162, 24 décembre 1973

>> La salle des imprimés de la Bibliothèque Kandinsky est ouverte les lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 11h à 17h30.


Hommages à Charlie Hebdo à travers le monde

Nous sommes tous Charlie

Comment se convaincre que cette histoire est pour de vrai, qu'elle n'est pas pour de rire ? Comment imaginer que l'on puisse tuer ou mourir au nom d'une blague, d'une ligne ou d'un dessin publié dans un magazine ? Comment croire qu'hier, peu après 11 heures, l'Humanité tout entière ait été frappée douze fois pour autant de morts, mise à terre par ce monstre de barbarie qu'est la bêtise humaine ? Douze coups nets qui touchèrent directement un organe que l'on pensait, depuis 1961 et les premiers Hara-Kiri, inatteignable. Celui du rire. Lire la suite


City links

Global links