Le meilleur de votre ville

5 stations de métro dont vous ignorez l'histoire

Un peu d'Histoire, que diable !

1

Jacques Bonsergent (1912-1940)

Dans le 10e arrondissement de Paris, une station de métro et une place portent son nom : qui peut bien être ce Jacques Bonsergent que l’on côtoie régulièrement sans rien connaître de lui ? En 1940, il fut le premier Français fusillé par l’occupant allemand, un froid matin d’hiver dans un bois près de Vincennes. Tombé à 28 ans sous les balles d’un peloton d’exécution à la place de camarades qu’il a refusé de dénoncer, Jacques Bonsergent demeure un symbole d’héroïsme et de fraternité.

Lire sa dernière lettre à ses camarades des Arts et Métiers

2

© Marie-Lan Nguyen

Etienne Marcel (1316-1358)

Étienne Marcel a élu domicile à la lisière des 1er et 2e arrondissements de Paris, aussi sa statue de bronze réalisée par Antonin Idrac trône-t-elle sur le quai de l’hôtel de ville (mais pour le coup, on ne vous apprend rien). Ce marchand drapier fut prévôt des marchands de Paris, l’équivalent d’un « maire de Paris », de 1354 à 1358 sous le règne de Jean le Bon. En pleine guerre de Cent Ans, Etienne Marcel mène l’opposition bourgeoise et populaire au pouvoir royal, dans le but d’installer une monarchie « contrôlée ». Soutenant la rue et les émeutes, il se radicalise et finit par être assassiné par une bourgeoisie qui n’apprécie pas son jusqu’au-boutisme. Cet épisode fameux, célébré plus tard par la Révolution française, aboutira à la réduction des attributs du prévôt de Paris. Il explique aussi la défiance du pouvoir, royal ou pas, à l’égard de l’existence d’un maire de Paris : le titre sera notamment supprimé de 1794 à 1977, hormis quelques exceptions.

3

Edgar Quinet (1803-1875)

Jean Louis Edgar Quinet de son petit nom se tient dans le 14e arrondissement de Paris, d’où il regarde maintenant passer les trains de la Gare Montparnasse. Il fut historien, écrivain mais également homme politique français ; républicain convaincu, il s'inscrit dans le processus démocratique dès 1848. Il connut le coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851, et dut s’exiler avec d’autres écrivains engagés, comme Victor Hugo. Ses œuvres furent lues passionnément par Jean Jaurès et Jules Ferry, malgré la censure.

4

Jules Joffrin (1846-1890)

Dorénavant, nous donnerons rendez-vous au métro François Alexandre Jules Joffrin, s'il vous plaît. L'homme politique français du 18e arrondissement a combattu pendant la guerre franco-prussienne de 1870 et soutenu la Commune en 1871. Réfugié politique pendant 11 ans, Jules Joffrin meurt en 1890, et sera inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

5

Michel Bizot (1795-1855)

Outre dans la sphère du 12e arrondissement, Michel Brice Bizot est assez méconnu, mais ce fut un officier dit du plus grand mérite, un chevalier et un commandeur de la Légion d'honneur. Colonel, chef de bataillon, lieutenant ou encore général de brigade, Michel Bizot a fait preuve d'un grand courage et de sacrifices pour mener à bien ses valeureux projets.




City links

Global links