Le meilleur de votre ville

Où faire la sieste à Paris ?

Les utilisateurs de Google Naps vous donnent leurs bons bancs

© Google Naps

C'est prouvé scientifiquement : la sieste est bénéfique. C'est sans doute la raison pour laquelle de géniaux Néerlandais ont décidé de créer Google Naps ("Google sieste"), parodie du système de carte de la toute-puissante entreprise américaine où chacun peut souffler à l'Internet tout entier ses bons plans pour piquer un petit somme. Malheureusement, le nombre de publication est encore un peu faible pour que cette cartographie soit parfaite. Chez Time Out, nous avons donc décidé de vous révéler les bons plans de la rédaction. Plutôt que de faire semblant de travailler, affichez donc votre productivité en dormant 20 bonnes minutes.

  • Un banc au Jardin des Plantes

    Le classique de la sieste. De l'étudiant feignant de lire Nietzsche aux amateurs de mots-croisés, le banc est le lien essentiel entre grande littérature et somnolence. Son assise extrêmement inconfortable vous assurera un sommeil court, idéal pour ne pas rater un entretien. Attention tout de même à ne pas vous faire avoir par une peinture fraiche ou le gang de pigeons nourris par votre voisine. Oui, celle-là même qui parle au chat mort qu'elle transporte dans son sac.

    Qui vous réveillera : Un enfant qui joue au football sous le regard attendri de ses parents. Et oui, c'est de votre faute s'il vous a fracturé le nez.

    Qualité du sommeil : Médiocre. Ne vous arrêtez dormir sur un banc que s'il est proche d'un bon osthéopathe.

    Un banc au Jardin des Plantes
  • Sous le pont Alexandre III

    Quitte à dormir sous les ponts, autant bien le choisir. Après un coup d'œil aux alentours, vous remarquez que personne ne vous empêchera de réaliser un cycle de sommeil complet sous le pont Alexandre III, si ce n'est quelques touristes pour qui Paris rimera désormais avec votre déchéance. Personne non plus pour vous faire remarquer que l'ombre menaçante de la maréchaussée s'apprête à vous fondre dessus.

    Qui vous réveillera :
    Un homme en bleu armé d'une matraque

    Qualité du sommeil : Bonne à Très bonne. Dormir au poste est bien plus confortable qu'on ne le pense.

    Sous le pont Alexandre III
  • Les amphis de la Sorbonne

    Votre enfance vous manque et vous aimeriez à nouveau que quelqu'un vous berce tendrement alors que vous vous apprêtez à rejoindre les bras de Morphée ? La Sorbonne est faite pour vous. Ses amphis sont suffisamment inconfortables pour que dormir y soit une option préférable à la prise de notes. Les professeurs l'ont bien compris, adoptant un ton qui vous plongera rapidement dans un état profondément comateux. Un bonheur n'arrivant jamais seul, vous avez même appris quelque chose en dormant. Dommage que vous vous soyez trompé de salle et que cela n'ait rien à voir avec votre discipline.

    Qui vous réveillera :
    Personne.

    Qualité du sommeil : Excellente. C'est sûr, la semaine prochaine, vous reviendrez dormir en cours.

    Les amphis de la Sorbonne
  • L'herbe du parc de la Villette

    La sieste au soleil, une bonne idée ? Dans vos rêves ! En plus de transformer votre visage en drapeau monegasque, vous risquez fortement de finir le nez dans un petit tas fumant à l'odeur nauséabonde. Les jours de grandes affluences, c'est mêmes les pieds des autres que vous risquez de retrouver sous vos narines. D'ailleurs, en parlant de retrouver, votre porte-feuille a disparu.

    Qui vous réveillera : Un inconnu, au mieux.

    Qualité du sommeil : Plutôt bonne. Prévoyez tout de même de la crème solaire.

    L'herbe du parc de la Villette
  • Au square Louis XVI

    Au square Louis XVI du très chic 8e arrondissement, vous ne risquez pas de faire de mauvaises rencontres pendant votre sieste. Face à la chapelle expiatoire, édifiée durant la Restauration pour expier l'exécution de Louis XVI et de Marie-Antoinette par la Révolution, vous trouverez un sommeil qui à défaut d'être éternel sera réparateur. Peu fréquenté, l'endroit vous garantira une paix royale et une tranquillité religieuse. 

    Qui vous réveillera : Un royaliste légitimiste venu se recueillir, qui pestera devant votre manque de respect. Vous n'êtes qu'un cuistre, un jean-foutre, un inverti, un gauchiss'. 

    Qualité du sommeil : Bonne, vous étiez heureux comme un roi.

    Au square Louis XVI
  • L'open space

    Siester au bureau est aussi dangereux que d'y afficher ses convictions politiques. Aux yeux des autres, cela revient d'ailleurs au même. Vous vous retrouverez rapidement placé dans la catégorie des relous/syndicalistes, incluant également la brigade qui vide le frigo tous les vendredis soirs. Pourtant, vous êtes plus frais que tout le monde et avez même arrêté de passer un tiers de votre salaire dans la machine à café malgré un enfant de 3 mois qui passe ses nuits à pourrir les vôtres. Attention tout de même à ne pas finir narcoleptique.

    Qui vous réveillera : Vous-même. Mieux vaut maîtriser la technique de la cuillère chère à Dali qui lui permettait d'être le roi de la micro-sieste. A défaut, vous aurez tout le temps de vous reposer sur les sièges du Pôle emploi.

    Qualité du sommeil : Moyenne. Mais que signifie cet "Azerty" imprimé sur votre front ?

    L'open space

Un banc au Jardin des Plantes

Le classique de la sieste. De l'étudiant feignant de lire Nietzsche aux amateurs de mots-croisés, le banc est le lien essentiel entre grande littérature et somnolence. Son assise extrêmement inconfortable vous assurera un sommeil court, idéal pour ne pas rater un entretien. Attention tout de même à ne pas vous faire avoir par une peinture fraiche ou le gang de pigeons nourris par votre voisine. Oui, celle-là même qui parle au chat mort qu'elle transporte dans son sac.

Qui vous réveillera : Un enfant qui joue au football sous le regard attendri de ses parents. Et oui, c'est de votre faute s'il vous a fracturé le nez.

Qualité du sommeil : Médiocre. Ne vous arrêtez dormir sur un banc que s'il est proche d'un bon osthéopathe.


City links

Global links