Le meilleur de votre ville

On a déjeuné à la Recyclerie

Un bar-resto dans l'ancienne gare Ornano de la Petite Ceinture

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

  • La Recyclerie - © Time Out / AW

La Recyclerie - © Time Out / AW


Voilà le genre de lieu que l’on aimerait voir pousser partout à Paris. Un restaurant, un bar, un café, une ferme, des potagers, des ateliers DIY organisés tous les jours, des valeurs simples, une atmosphère détendue et conviviale… Le tout dans une ancienne gare de la Petite Ceinture, réhabilitée après de longues années d’errance et d’abandon. Aux manettes du projet, une poignée d’associés au flair bien aiguisé, déjà en charge du Comptoir Général, du Glazart, du Divan du Monde ou de la Machine du Moulin Rouge. Des spécialistes de la seconde main, habitués à ressusciter ce type de bâtiments désaffectés, inspirés entre autres par les Petersham Nurseries de Londres.

En s’échappant de la bouche du métro pour retrouver l’air frais, on remarque à peine l’étrange bâtisse. L’agitation qui règne sur ce carrefour, à mi-chemin entre Montmartre et les Puces de Clignancourt, n’y est sans doute pas pour rien. C’est donc en poussant la porte que l’on prend toute la mesure du caractère de ce lieu. Du volume, une charpente en fer forgé, une immense verrière, une vue plongeante sur les anciens rails désormais entourés d’une longue terrasse, d’un bar extérieur mobile et des jardins partagés du quartier.

Un espace habillé tout en végétation et en récup', occupé par des chaises de couleur, un énorme bar, une cuisine ouverte, des grandes cuves de vins naturels (qui viennent de chez En Vrac), des plantes grimpantes, et dans un coin abrité par un mur de fenêtre : l'atelier de René, le bricoleur de la bande, qui répare absolument tout, et vous apprend à réparer et bricoler à votre tour.

Ce midi-là, il y a du monde, certes, mais puisque le lieu est vaste et qu'il respire avec plaisir, c'est à peine si l'on remarque la légère affluence. On se pointe au comptoir pour commander. Cette semaine, c'est cuisine africaine et libanaise. Ainsi, pour une petite vingtaine d'euros, on mange à deux, une délicieuse planche de mezzé et un shawarma de poulet glissé dans une pita et entouré de pommes de terre et de légumes croquants. On paye, et on file se planquer sur la terrasse, non sans avoir emporté son disque de commande, celui qui se mettra à clignoter quand votre repas aura été préparé et qu'il faudra aller le chercher. Ca se passe comme ça. On déjeune ensuite, entre l'ombre et le soleil, soudain isolé de la ville et de sa pagaille, sous l'œil avisé des ouvriers qui construisent en ce moment une ferme urbaine. Bientôt, on viendra boire des coups à la buvette, entre une chèvre et un plan de tomates.

A l'étage tous les jeudis soirs, on peut également faire ses courses en direct avec des petits producteurs, grâce à la Ruche qui dit Oui, hébergée dans ce lieu définitivement tourné vers le collaboratif et l'éco-responsabilité. "Old is Gold", quoi.

  • La Gare d'Ornano sur la petite Ceinture au début du XXe siècle / DR

  • La Gare d'Ornano sur la petite Ceinture au début du XXe siècle / DR

  • La Gare d'Ornano sur la petite Ceinture au début du XXe siècle / DR

  • La Gare d'Ornano sur la petite Ceinture au début du XXe siècle / DR

  • La Gare d'Ornano, occupée par le bar La Tasse, dans les années 1970 / DR

La Gare d'Ornano sur la petite Ceinture au début du XXe siècle / DR


City links

Global links