ABQ Paris

Bars, Bars à cocktails
  • 5 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
 (© Elise Renoleau)
1/7
© Elise Renoleau
 (© Elise Renoleau)
2/7
© Elise Renoleau
 (© Elise Renoleau)
3/7
© Elise Renoleau
 (© Elise Renoleau)
4/7
© Elise Renoleau
 (© Elise Renoleau)
5/7
© Elise Renoleau
 (© Elise Renoleau)
6/7
© Elise Renoleau
 (© Elise Renoleau)
7/7
© Elise Renoleau

Le labo-camping car de Walter White s'installe à Bobigny. Let's cook !

Il y a deux catégories de personnes dans le monde : les fans de ‘Breaking Bad’, et les autres. On reconnaît les premiers à l'excitation qu'ils manifestent en découvrant sur le quai d'Austerlitz* un vieux camping-car beige des années 1980 (ou RV pour les anglophones et les puristes). A l'intérieur, des silhouettes en combi jaune s'affairent entre les tubes à essai et les béchers. Les passants se demandent un peu ce qui se passe mais nous, on trépigne d'impatience. Quand enfin la porte s'ouvre. « Yo bitches, let's cook ! » On s'y croirait.

*Le camion a depuis déménagé à Bobigny.

Après un succès immense à Londres, l’ABQ (abréviation de Albuquerque, la capitale du Nouveau Mexique où se déroule l'action de la série) s'installe à Paris. Plus de 20 000 personnes s'étaient inscrites sur la liste d'attente, espérant être les premières à découvrir ce bar sur roues qui célèbre avec le souci du détail l'univers de 'Breaking Bad'. Les inondations ont retardé l'ouverture d'une semaine, et c'est finalement le jeudi 16 juin qu'une cinquantaine de chanceux ont pu se transformer pendant deux heures en dealers de meth.

On entre et tout est là : les paillasses recouvertes de matériel de chimie, les combinaisons de protection livrées avec masque et lunettes, le fameux tag « Heisenberg » (nom de dealer utilisé par Walter White) et enfin son portrait, dessiné en lumières bleues au fond du camion. On s'équipe (non sans difficulté dans cet espace réduit) et on s'installe par groupe de quatre autour d'une table, prêt à fabriquer notre propre cocktail, dealer-style. Le staff nous distribue les instructions qui nous rappellent des vieux souvenirs de cours de chimie (l'alcool en plus). « Versez doucement le rhum dans l'alambic de décantation suspendu. » « Ajoutez la solution d'essence moléculaire de fraise. » On suit méthodiquement les étapes et vingt minutes plus tard, on obtient un délicieux cocktail servi dans une fiole erlenmeyer accompagné de deux rails de sucre. Subtil. Le deuxième breuvage est encore plus proche de l'univers de la série : glace carbonique + curaçao pour un cocktail inspiré de la fameuse crystal meth bleue, signature d'Heisenberg. En plus d'être fun, ce qu'on boit est franchement bon.

On salue le boulot de l'équipe pour la mise en scène et pour l'ambiance qu'elle maintient pendant qu'on « cuisine ». Si évidemment les fans de la série y seront plus sensibles, les autres apprécieront quand même l'expérience sympa de faire son propre cocktail dans une ambiance… particulière. Et maintenant on comprend mieux pourquoi Walter White se désape intégralement avant d'enfiler sa tenue : on meurt de chaud dans ces combinaisons !

Par Elise Renoleau

Publié :

Nom du lieu ABQ Paris
Contact
Adresse 1 rue de Paris
93000 Bobigny
Paris

Heures d'ouverture Tous les jours, sur réservation (sur le site), par session de 2h (du lundi au jeudi et dimanche de 17h30 à minuit, vendredi et samedi de 18h30 à 1h
Transport Métro : Gare d'Austerlitz
Prix 30 € pour une session de 2h comprenant 3 cocktails.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
LiveReviews|0
1 person listening