Le meilleur de votre ville

Césars 2014

Nos pronostics pour la soirée

  • 'La Vie d'Adèle'

    d'Abdellatif Kechiche

    'La Vie d'Adèle'
  • 'Les Garçons et Guillaume...

    ... à table !' de Guillaume Gallienne

    'Les Garçons et Guillaume...
  • 'L'Inconnu du lac'

    d'Alain Guiraudie

    'L'Inconnu du lac'
  • '9 Mois ferme'

    d'Albert Dupontel

    '9 Mois ferme'
  • 'Le Passé'

    d'Asghar Farhadi

    'Le Passé'
  • 'La Vénus à la fourrure'

    de Roman Polanski

    'La Vénus à la fourrure'
  • 'Jimmy P. (Psychothérapie...

    ... d'un Indien des Plaines)' d'Arnaud Desplechin

    'Jimmy P. (Psychothérapie...
  • 'Suzanne'

    de Katell Quillévéré

    'Suzanne'

'La Vie d'Adèle'

d'Abdellatif Kechiche


L'année dernière, la cérémonie des César, c'était quand même bien naze - presque aussi chiant que des Victoires de la Musique. Autant les Oscars peuvent être une impressionnante célébration boum-boum-badaboum-fais-péter-la-thune-à-l'écran, autant les Césars conservent un petit côté télévisé franchouillard de seconde zone, limite gênant. Toutefois, on peut imaginer qu'on se réjouira un peu plus ce soir, étant donné la qualité de la sélection. En 2013, un film aussi génial que 'Holy Motors' ne s'était même pas vu cité à comparaître. Heureusement, entre '9 Mois ferme', 'La Vénus à la fourrure', 'L'Inconnu du lac' ou 'La Vie d'Adèle - chapitres 1 & 2', on retrouve cette année un ensemble de films varié et enthousiasmant. Qui nous donne même envie de faire quelques commentaires et pronostics.

Meilleur actrice
Les nommées : Fanny Ardant dans 'Les Beaux Jours', Bérénice Bejo dans 'Le Passé', Catherine Deneuve dans 'Elle s'en va', Sara Forestier dans 'Suzanne', Sandrine Kiberlain dans '9 Mois ferme', Emmanuelle Seigner dans 'La Vénus à la fourrure', Léa Seydoux dans 'La Vie d'Adèle - chapitres 1 & 2'

S'il serait joliment audacieux de récompenser une performance comique (en l'occurrence celle de Sandrine Kiberlain, assez irrésistible dans '9 Mois ferme'), on parie quand même davantage sur l'explosive Sara Forestier, présente sur les écrans cette année dans 'Suzanne' de Katell Quillévéré - pour lequel elle concourt ici - et 'L'Amour est un crime parfait' des frères Larrieu. D'autant que la comédienne devrait sortir son premier film en tant que réalisatrice cette année, pour l'instant intitulé 'M' (le maudit ?). Bon, sinon Deneuve. Pour l'éternité.

Meilleur acteur
Les nommés : Mathieu Amalric dans 'La Vénus à la fourrure', Michel Bouquet dans 'Renoir', Albert Dupontel dans '9 Mois ferme', Grégory Gadebois dans 'Mon âme par toi guérie', Guillaume Gallienne dans 'Les Garçons et Guillaume, à table !', Fabrice Luchini dans 'Alceste à bicyclette', Mads Mikkelsen dans 'Michael Kohlhaas'

Certes, Mads Mikkelsen est d'un charisme a toute épreuve et Mathieu Amalric est assez génial en double jeune de Polanski, mais on voit mal cette récompense échapper au protéiforme Guillaume Gallienne, actuel chouchou du cinéma français, réconciliant les théâtreux et le grand public à travers une interrogation sur le genre et la sexualité bienvenue à l'heure actuelle... A moins que Michel Bouquet, 88 ans, ne se voit salué à la hauteur de son immense carrière.

Meilleure actrice dans un second rôle
Les nommées : Marisa Borini dans 'Un Château en Italie', Françoise Fabian dans 'Les Garçons et Guillaume, à table !', Julie Gayet dans 'Quai d'Orsay', Adèle Haenel dans 'Suzanne', Géraldine Pailhas dans 'Jeune & jolie'

Bon, là, évidemment, c'est surtout l'occasion de se marrer en voyant la belle-mère de Sarkozy (Marisa Borini) face à la nouvelle meuf de Hollande. Sauf que la récompensedevrait légitimement revenir à la troublante Adèle Haenel dans le film de Katell Quillévéré, ou à la touchante Géraldine Pailhas chez François Ozon...

Meilleur acteur dans un second rôle
Les nommés : Niels Arestrup dans 'Quai d'Orsay', Patrick Chesnais dans 'Les Beaux Jours', Patrick D'Assumçao dans 'L'Inconnu du lac', François Damiens dans 'Suzanne', Olivier Gourmet dans 'Grand Central'

De bien jolies prestations dans cette catégorie au pronostic incertain. Notre préférence irait certainement à Patrick D'Assumçao, bouddha truculent et émouvant dans le film d'Alain Guiraudie. En même temps, l'omniprésent Olivier Gourmet n'ayant jamais été récompensé par les Césars - malgré sa nomination, en 2012, pour l''Exercice de l'Etat' - il semblerait assez probable qu'il reçoive une petite compression ce soir.

Meilleur espoir féminin
Lou de Laâge dans 'Jappeloup', Pauline Etienne dans 'La Religieuse', Adèle Exarchopoulos dans 'La Vie d'Adèle - chapitres 1 & 2', Golshifteh Farahani dans 'Syngué Sabour - Pierre de patience', Marine Vacth dans 'Jeune & jolie'

Pauline Etienne était remarquable en bonne sœur maltraitée chez Guillaume Nicloux, Marine Vacth explosait dans le film d'Ozon et Golshifteh Farahani est tout simplement l'une des plus belle actrice du monde... Pourtant, c'est évidemment Adèle Exarchopoulos qui devrait remporter ce prix. Tout simplement parce que le film de Kechiche est avant tout son film, qu'elle le vampirise du début à la fin avec une vigueur et une jeunesse bouleversantes - et aussi parce qu'on réussit désormais à orthographier son patronyme. Ce qui n'est pas rien. Surtout, si l'on y réfléchit, il sera sans doute difficile pour elle de faire mieux que ce premier film. En fait,après un tel rôle, Adèle Exarchopoulos pourrait même arrêter le cinéma. Même si on aimerait évidemment bien la revoir quand même, hein.

Meilleur espoir masculin
Paul Bartel dans 'Les Petits Princes', Pierre Deladonchamps dans 'L'Inconnu du lac', Paul Hamy dans 'Suzanne', Vincent Macaigne dans 'La Fille du 14 Juillet', Nemo Schiffman dans 'Elle s'en va'

Là, on hésite entre Vincent Macaigne avec sa voix de velours (qu'on a récemment beaucoup aimée aussi dans 'Tonnerre') et le solaire Pierre Deladonchamps dans le film d'Alain Guiraudie. Même si l'on penche plutôt pour ce dernier et son excellente prestation, toute en douceur, libido et retenue dans 'L'Inconnu du lac'.

Meilleur réalisateur
Albert Dupontel pour '9 Mois ferme', Guillaume Gallienne pour 'Les Garçons et Guillaume, à table !', Alain Guiraudie pour 'L'Inconnu du lac', Arnaud Desplechin pour 'Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines), Asghar Farhadi pour 'Le Passé', Roman Polanski pour 'La Vénus à la fourrure', Abdellatif Kechiche pour 'La Vie d'Adèle - chapitres 1 & 2'

Bon, gros gros plateau, là. Et de larges chances pour Gallienne et son one-man show, quand même. Ceci dit pourquoi pas le minimalisme malin de Polanski ? Parce que sinon, vu les ragots, sa réputation de tortionnaire (et son soutien à Estrosi ?), peu de chances de Kechiche soit récompensé ici. Pourtant, son film l'un des plus beaux de l'année, et il est inséparable de ses méthodes de travail. On lui souhaiterait donc bien, quand même. A lui, ou à Guiraudie.

Meilleur premier film
'La Bataille de Solférino' de Justine Triet, 'La Cage dorée' de Ruben Alves, 'En Solitaire' de Christophe Offenstein, 'La Fille du 14 Juillet' d'Antonin Peretjatko, 'Les Garçons et Guillaume, à table !' de Guillaume Gallienne

Dans cette catégorie, on remarque qu'il manque 'Les Rencontres d'après minuit' de Yann Gonzalez, qui aurait pu amener davantage d'étrangeté à cette sélection, qui risque quant à elle très fort d'être remportée par un charmant acteur et sociétaire de la Comedie-Française, Guillaume Gallienne pour 'Les Garçons et Guillaume, à table !'

Meilleur film
'9 Mois ferme' d'Albert Dupontel, 'Les Garçons et Guillaume, à table !' de Guillaume Gallienne, 'L'Inconnu du lac' d'Alain Guiraudie, 'Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines), d'Arnaud Desplechin, 'Le Passé' d'Asghar Farhadi, 'La Vénus à la fourrure' de Roman Polanski, 'La Vie d'Adèle - chapitres 1 & 2' d'Abdellatif Kechiche

Belle sélection : on en serait presque fier d'être Français (oui, j'ai bien écrit presque). Chez Time Out, on a adoré la profondeur psychologique du film de Farhadi, l'intelligence formelle de Polanski, l'humour à la fois décapant et millimétré de Dupontel... Voire, on aurait envie d'affirmer qu'Alain Guiraudie a réalisé l'un des plus beaux films français de ces dernières années... Mais enfin, comment passer à côté de 'La Vie d'Adèle' et de la désarmante sincérité de son réalisme, sa crudité gourmande et juste, sa temporalité formidablement désirante ?

Nos critiques des films aux Césars 2014

La Vie d'Adèle

  • Note: 5/5

Tout simplement magnifique, 'La Vie d'Adèle' se pose comme une évidence, à l'image de certains films d'Eustache, de Renoir, d'un réalisme époustouflant et d'une contemporanéité palpable. Plongée dans ce film-fleuve de trois heures qui passent comme une lettre à la poste, Adèle (Adèle Exarchopoulos, inconnue éblouissante) traverse

L'Inconnu du lac

  • Note: 4/5

Présenté à Cannes dans la catégorie ‘Un certain regard’ – où il se vit récompensé, à juste titre, par le prix de la mise en scène – ‘L’Inconnu du lac’ partage avec ‘La Vie d’Adèle’ (qui, faut-il le rappeler, reçut haut-la-main la Palme d'or) au moins une caractéristique notable : tout en traitant sans tabou de

Le Passé

  • Note: 4/5

Après avoir ausculté la classe moyenne iranienne dans ‘A propos d’Elly’ et ‘Une séparation’, Asghar Farhadi se penche sur la société française à travers l’histoire d’une famille recomposée. Ahmad (Ali Mosaffa), l’ex-mari de Marie (Bérénice Bejo), revient en France pour officialiser un divorce ayant traîné, quatre ans

9 mois ferme

  • Note: 4/5

Enfin, une bonne comédie française : rythmée, originale et authentiquement drôle ! Loin de l’omniprésent pseudo-humour franchouillard vulgairement marketé, le nouveau Dupontel fait preuve d’une véritable inventivité dans sa réalisation et son montage, et parvient à un rare et bel équilibre entre douceur de ton et cruauté des

Les Garçons et Guillaume, à table !

  • Note: 4/5

Sur l’affiche du film, la ribambelle d’adjectifs qualificatifs présage du meilleur. A en croire les médias, le premier long métrage de Guillaume Gallienne – inspiré de sa pièce de théâtre – serait jubilatoire, drôle, époustouflant… Et nous sommes bien d’accord avec les épithètes (parfois un brin trop élogieux) qui

La Vénus à la fourrure

  • Note: 4/5

Bienvenue dans la galerie des glaces de Roman Polanski ! Adapté d’une pièce de théâtre de David Ives inspirée du célèbre roman de Leopold von Sacher-Masoch, cette ‘Vénus à la fourrure’ met en scène la propre femme du réalisateur (l’actrice Emmanuelle Seigner) et un Mathieu Amalric aux faux airs de Polanski jeune, avec sa mèche

Jeune & jolie

  • Note: 3/5

Divisé en quatre parties, qui suivent les saisons d’une année, Jeune & Jolie retrace l’itinéraire sexuel d’Isabelle (Marine Vacth) qui, à 17 ans, après un dépucelage bâclé avec un éphèbe allemand sur une plage, se lance dans le commerce de son corps sur Internet. Cette prostitution volontaire, clandestine, et

Jimmy P. - Psychothérapie d'un indien des plaines

  • Note: 3/5

Pour son premier long métrage américain, Arnaud Desplechin a opté pour une approche confortable et assez maline. Faisant mine de dépasser ses habituelles illustrations des névroses, il décide de s'attaquer aux balbutiements mêmes de la psychanalyse pour, en fait, rejoindre un registre ayant largement fait ses preuves – celui du « film


City links

Global links