Le meilleur de votre ville

5 bonnes raisons de regarder L'Hôpital et ses fantômes

La série culte de Lars von Trier rediffusée sur Arte


Pour ceux qui n'avaient pas vu 'Twin Peaks' quelques années auparavant, la diffusion de 'L'Hôpital et ses fantômes' en 1994 sur Arte a joué le même rôle de révélateur : il était possible de faire de la télévision un medium artistique aussi puissant et fort que le cinéma. Il faut s'imaginer le choc pour des ados abreuvés par 'Beverly Hills', 'Alerte à Malibu' ou '21 Jump Street', et qui découvraient à peine 'X-Files'. Les voici soudain devant Arte, en train de regarder une œuvre fondamentalement différente, complexe, étonnante, adulte tout en faisant appel aux peurs enfantines. Comme pour 'Twin Peaks', c'est un public rare mais fanatique qui s'en est emparé et qui lui a permis de devenir culte à défaut d'être populaire.

Dans le cadre d'un cycle dédié à Lars von Trier, Arte rediffuse ce mois-ci 'L'Hôpital et ses fantômes', l'occasion pour ceux qui ne la connaissent pas de découvrir cette folie absolue, qui monte crescendo, au fil des épisodes, vers le surnaturel. Alors accrochez-vous à votre canapé et préparez-vous à accepter le bien comme le mal.

>>> 5 bonnes raisons de regarder la série 'L'Hôpital et ses fantômes' tous les jeudis à 22h30, du 13 novembre au 4 décembre.

  • 1/ Parce que c'est terrifiant

    A priori, 'L'Hôpital et ses fantômes' débute comme une banale série sur la vie d’un hôpital, ses internes, ses médecins chefs, ses patients, ses couloirs blancs. Le rythme est plutôt lent, l’intrigue longuette à se mettre en place. Pourtant, le spectateur tenace comprend vite qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark. Ca commence doucement avec une fillette que l'on voit rôder un peu partout dans l’hôpital et ça finit par des frissons d’angoisse qui ne vous quitteront vite plus.

    1/ Parce que c'est terrifiant
  • 2/ Parce que c'est drôle

    Qu’on se le dise : Lars von Trier est un marrant. Dans les 'Idiots', 'Melancholia' ou 'Nymphomaniac', on aperçoit par bribes son talent comique, qui s’exprime très largement dans 'Riget' (le nom danois de la série). On rit noir, certes, mais on rit beaucoup, surtout avec le personnage de Stig Helmer joué par Ernst-Hugo Järegard, un médecin suédois cynique, égocentrique et puant. Détestant le personnel de l’hôpital et les Danois en général, il hurle régulièrement « Danois de mes fesses ! » dès qu’il retrouve un peu d’intimité.

    2/ Parce que c'est drôle
  • 3/ Parce que le Dogme95

    Créée un an avant le lancement par Lars Von Trier et Thomas Vinterberg du Dogme95, la série 'L’Hôpital et ses fantômes' préfigure ce cinéma si particulier qui force le réalisateur à ne filmer qu’ici et maintenant, à n’utiliser des scènes d’action que si l’intrigue le nécessite, à tourner uniquement en caméra à l’épaule, à ne pas se servir de filtre pour modifier la photo, etc. Comme toute velléité « dogmatique », l’entreprise a vite achoppé devant son impossibilité pratique, et ce même si elle se fondait sur la volonté intéressante de rénover le cinéma en le dépouillant. La série fantastique de Lars Von Trier prouve qu’on peut tout à fait mélanger certaines de ces caractéristiques avec des méthodes prohibées par le Dogme, comme une certaine liberté de ton, des effets spéciaux, ou encore un univers fantastique.

    3/ Parce que le Dogme95
  • 4/ Parce que c'est mystique

    Régulièrement au fil des épisodes, les plongeurs de la cuisine de l'hôpital, atteints de trisomie 21, interviennent pour commenter les événements passés et à venir. Leur rôle ressemble à celui des oracles et des chœurs dans le théâtre grec, car ils prédisent bien des malheurs… Il faut dire que cet hôpital de Copenhague a été construit sur d’anciens marais et la légende veut que les terribles fantômes qui les hantaient n’ont pas déménagé.

    4/ Parce que c'est mystique
  • 5/ Parce que c'est... heu...

    Il se passe de drôles d’histoires dans la tête de Lars von Trier. La preuve avec ce bébé un peu spécial, appelé « petit frère » dans la série et joué avec brio par le flippant Udo Kier. On ne vous en dit pas plus, sinon que c’est à la fois hilarant et monstrueux.

    5/ Parce que c'est... heu...

1/ Parce que c'est terrifiant

A priori, 'L'Hôpital et ses fantômes' débute comme une banale série sur la vie d’un hôpital, ses internes, ses médecins chefs, ses patients, ses couloirs blancs. Le rythme est plutôt lent, l’intrigue longuette à se mettre en place. Pourtant, le spectateur tenace comprend vite qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark. Ca commence doucement avec une fillette que l'on voit rôder un peu partout dans l’hôpital et ça finit par des frissons d’angoisse qui ne vous quitteront vite plus.



City links

Global links