Le meilleur de votre ville

OTTO10, un collectif dans l'air du temps

Retour sur leur dernière fête

OTTO10 #6 - La concordance détend - 25.10.14 © Charlotte Gonzales

On aura mis un peu de temps à vous livrer l'article. Il aura d'abord fallu abandonner le petit nuage pailleté sur lequel nous étions restés perchés depuis ce 25 octobre 2014, pour redescendre tranquillement sur terre. Et puis il faut bien le dire, la frénésie des derniers mois de l'année nous avait emmenés ailleurs, sur d'autres urgences à chapeaux rouges et blancs. Mais au moment où les jours ressemblent de plus en plus à des numéros en chocolat et où il faut, exercice général oblige, se retourner sur l'année tout juste écoulée pour en saisir les meilleurs instantanés, voilà que de drôles de morceaux de fêtes ont ressurgi dans nos mirettes. Tout un samedi passé, non pas au soleil, mais en plein sur la lune. 


OTTO10 #6 - La concordance détend - 25.10.14 © Charlotte Gonzales

C'était quelques jours avant que le mois de novembre pointe son nez tout gris sur Paris. Il faisait encore presque beau, il était midi, nous avions la journée devant nous. Après avoir investi des lieux comme le Paris 80, le 6B et d'autres, c'est à Saint-Ouen que le collectif nous avait donné rendez-vous. Destination : Mains d'Oeuvres. Encore une fois (mais ça devient une habitude), les places s'étaient vendues comme des petits pains, toutes écoulées en à peine quelques heures. Mais malgré ça, pas de politique du profit maximum, on découvre un lieu immense, rempli aux deux tiers, où chacun peut circuler sans se bousculer. 


OTTO10 #6 - La concordance détend - 25.10.14 © Charlotte Gonzales

Dans ce vaste espace réparti sur deux étages : un thème et mille possibilités. La joyeuse bande frappe fort, les idées et la décoration fourmillent dans tous les sens. La fête se joue de la notion du temps, qui se retrouve soudain amusé, détourné, étiré, distordu, pour le plus grand plaisir de tous. Ce que l'on aime chez OTTO10, et ce qui contribue sans aucun doute au succès grandissant de leurs soirées, c'est la force de l'investissement et le bonheur palpables en amont des événements, lors de la phase de préparation. Trouver un lieu, le sécuriser, imaginer et organiser un line-up ambitieux, mais aussi penser au concept et à la décoration de la salle. 


OTTO10 #6 - La concordance détend - 25.10.14 © Charlotte Gonzales

On les imagine tous autour d'une table ronde, un peu comme les chevaliers de la fête, en train d'échanger leurs dernières trouvailles et leurs envies pour amuser la galerie, pour créer de l'interaction. On sent la volonté de se faire plaisir, mais surtout celle de faire plaisir à son public, de créer un moment, une expérience complète. On vient ici pour la musique, pour danser bien sûr, mais aussi pour retrouver cette ambiance bon enfant et délurée. Une atmosphère tout en dinguerie, en couleur et en douceur, où la monotonie n'a pas sa place et où chaque folie peut trouver chaussure à son pied. 


© Olivier Bizard

De loin, ça ressemble un peu à une classe de CP qui aurait mis du LSD dans son goûter. Tout le monde se jette dans l'eau du bain, avec une joie non dissimulée, paré de son plus beau plumage, la tête pleine de paillettes. Et pour ceux qui n'auraient pas pensé à leurs tenues de fête, un stand déguisement et maquillage est installé dans un coin de la salle principale. En face se déploie un jeu de l'oie géant, autour duquel tout le monde sautille, en jouant ou en lisant simplement les bons mots qui occupent chaque case du plateau surdimensionné. En bas, une cabine téléphonique, astucieusement nommée « Passé-composez », répond à sa soeur jumelle, disposée dans un autre coin du lieu. On décroche le combiné pour rire un instant avec l'inconnu qui se trouve par hasard à l'autre bout du fil. Plus loin, un autel des souvenirs, où chacun vient abandonner un objet du passé et se choisir, en échange, un présent pour le futur. C'est toutes ces petites choses, ludiques et fantaisistes, qui font le charme des soirées OTTO10. Ca et la musique, bien entendu. Car rayon décibels, ces joyeux lurons ne plaisantent pas du tout. 


OTTO10 #6 - La concordance détend - 25.10.14 © Charlotte Gonzales

Deux salles principales, deux ambiances sonores ; l'une, franchement techno, plonge les fêtards dans le noir, à la quête de sensations fortes et profondes. On lève les yeux vers le ciel, mais on les garde fermés. Tout ça pour vibrer sur les sets bien gras de l'habitué du Berghain Pascal Hetzel, du Parisien amoureux de Détroit Benales, et de la merveilleuse clique d'OTTO10. L'autre pièce - la salle Passé Composé - , c'est plutôt la salle de la dérision et du retour en enfance : orchestrée par le Camion Bazar, on y danse de façon déchaînée, et cette fois-ci avec les yeux bien écarquillés. Du rock, de la soul, du fun(k) et du disco avec Romain Play, de la minimale lyrique avec Nicorus et le violoniste Sawatkzi, et de la house pointue avec le Berlinois Heinrich Knüller. Douze heures de musique, pas une seule fausse note. Et parce que les gars d'OTTO10 sont vraiment ouverts à tout, ils ont communiqué un concours en amont auprès de leurs fans sur Facebook pour mixer lors de la soirée dans une dernière salle. Et un heureux de plus, un. 


City links

Global links