Le meilleur de votre ville

5 photographes découverts à Circulation(s)

Jeunes talents dans l'objectif

© Kristoffer Axén

Pour sa cinquième édition, 'Circulation(s)', festival de la jeune photographie européenne, revient au Centquatre avec une petite cinquantaine de photographes triés sur le volet. Parmi ces jeunes talents invités à exposer une série qui révèle leur vision de la photo, du monde, de leur génération, quelques-uns nous ont particulièrement tapé dans la pupille. Le point sur cinq expressions émergentes, dont on risque d'entendre parler dans les années à venir.


Romain Mader • Chevalier gonzo

© Romain Mader

Armé de son œil filou, de son regard critique et de son humour grinçant, le Suisse Romain Mader s'est envolé vers l'Ukraine en 2012 pour atterrir à Ekaterina, paradis artificiel du tourisme sexuel, créé de toutes pièces par des spéculateurs allemands en 2007. Une sorte de supermarché de la « fille de l'Est » célibataire, que le jeune photographe a écumé en long et en large, se mettant dans la peau d'un jeune premier naïf, chevaleresque et ridicule, venu y chercher sa future femme. Il en est revenu avec une série parfaitement caustique, qui trahit un sens aigu de la narration et de l'ironie. En jouant sur des mises en scène elliptiques, des associations d'images grinçantes et une esthétique rétro-kitsch, Romain Mader signe un travail tragicomique aux profondes dimensions sociales. Une autofiction teintée de solitude qui, derrière ses airs fanfarons, raconte la nécrose d'un monde où rapports humains et sensualité riment avec économie.


Christian Berthelot • Photo-reporter en bloc

© Christian Berthelot

En 2013 et 2014, Christian Berthelot a poussé la porte des blocs opératoires pour photographier des nourrissons nés par voie césarienne, quelques secondes seulement après la délivrance. Témoin du premier souffle de vie, primitif, monstrueux, presque surnaturel, ce père de deux enfants nés, eux aussi, comme ces « César », signe un photoreportage stupéfiant. Glaçant de vérité et de vie.


Kristoffer Axén • Artificier

© Kristoffer Axén

Une lumière irréelle. Une angoisse latente. Des paysages désincarnés, habités de personnages lisses et sans visage, retouchés jusqu'à plus soif. Le Suédois Kristoffer Axén travaille méticuleusement ses mises en scène selon un processus de post-production basé sur des effets d'ombre et de lumière, associés à une palette bleue. Le résultat, aux faux airs d'image de synthèse, évoque le jeu vidéo, le cinéma, ou les toiles de Guillaume Bresson, peintre français qui s'échine à inventer une mythologie urbaine contemporaine, sur le modèle des maîtres de la Renaissance. Comme lui, Axén semble chercher un nouveau langage photographique pour exprimer les réalités d'un monde urbanisé, déshumanisé et régi par l'image artificielle.


Juliette-Andrea Elie • Graphographe

© Juliette-Andrea Elie

© Juliette-Andrea Elie

Avec 'Fading Landscapes', Juliette-Andrea Elie tourne le dos à la photographie au sens traditionnel du terme, pour toucher à quelque chose de plus plastique, de plus manuel, de plus subjectif. En imprimant ses tirages sur du papier calque, où elle laisse flotter quelques dessins embossés, la jeune artiste donne corps à des visions poétiques - paysages éthérés et allégoriques, perchés quelque part entre la photo et les arts graphiques.


Fabrice Fouillet • Reporter anti-mythes

© Fabrice Fouillet

Elles étaient là depuis des lustres, colossales, le pied cloué au sol. Des évidences monumentales de 50, 100, 200 mètres de haut, qui sautent aux yeux. Mais il fallait prendre le recul nécessaire, scruter le profil ingrat, chercher l'angle qui pourrait fissurer, au mieux, le discours idéaliste. La fissure, Fabrice Fouillet l'a trouvée coup sur coup, au fil de ses rencontres avec des monuments de propagande politique, idéologique ou religieuse, essaimés aux quatre coins du monde. En jouant subtilement sur les angles de vue, le jeune photographe français s'est aventuré loin des aménagements officiels de ces statues vertigineuses, pour les saisir dans le contexte dans lequel elles vivent au quotidien : entourées de parkings, de zones résidentielles, de terrains vagues. Ou comment déboulonner des mythes démesurés à coups de trivialité. Question de point de vue, réponse percutante.


Plus de photo à Paris

  1. Musée de la Chasse et de la Nature 62 rue des Archives, 3e
  2. Mar jan 26 - Dim fév 14
Plus d'infos

City links

Global links