28 Jours plus tard

Cinéma, Fantastique
3 sur 5 étoiles
28 Jours plus tard

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Au sein de l’inégale filmographie de Danny Boyle, après les grinçants Petits meurtres entre amis et Trainspotting (dont on n’a pas oublié le bébé mort rampant au plafond), et juste après le complètement fumeux La Plage (Ledoyen, Canet et DiCaprio gambadant dans les champs de beuh d’un scénario à la limite de l’inepte), on retrouve cette étrange variation zombiesque, 28 jours plus tard.

Tourné en numérique – qui n’était pas encore un standard à l’époque – avec un budget relativement maigre et des comédiens inconnus, ce film reste indéniablement dans les mémoires pour son ouverture glaçante et sa vision des rues de Londres totalement désertes. Sur un scénario de série Z assez caractéristique (après une redoutable épidémie virale, la plupart des humains ont été transformés en morts-vivants assoiffés de sang, que doivent fuir quelques rescapés), Boyle réussit à mettre en place une atmosphère intéressante entre premier et second degré, sur laquelle vient se greffer une ébauche de satire politique et sociale.

Sans être génial de bout en bout, 28 jours plus tard reste un trip apocalyptique assez représentatif du genre, accompagné d’une BO habile et raffinée, où l’on retrouve avec plaisir Godspeed You ! Black Emperor, Brian Eno, Gabriel Fauré ou John Murphy.

Infos

Détails de la sortie

Noté
16
Date de sortie
mercredi 28 mai 2003
Durée
112 mins

Crédits