Alt-J • 'An Awesome Wave'

Cinéma
4 sur 5 étoiles
Alt-J 'An Awesome Wave'

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Il est n’est pas très difficile de convaincre un ami que 'An Awesome Wave' est un grand disque. Il suffit simplement de lui faire écouter. Avec Alt-J, le bouche-à-oreille du Web a fonctionné à plein et les chroniques dithyrambiques de l’album poussent plus vite que les boutons sur un visage acnéique d’adolescent. La raison d’un tel succès est simple : le groupe a su combiner air du temps (arrangements un brin intello d’indie rockers) et véritables pop songs qui retiennent tout de suite l’attention. Surtout, les chansons d’Alt-J donnent l’impression d’avancer sur le fil du rasoir, de jouer avec nos sentiments en les poussant à leur paroxysme, basculant tantôt sur un mode lyrique, tantôt sur davantage de sobriété. A l’arrivée, cela donne une musique éminemment singulière, qui s’appuie beaucoup sur des chœurs somptueux et sur la voix nasillarde de Joe Newman, aux intonations insolites. A lui tout seul, ce chant incroyable porte certains titres sur ses cordes vocales et confère aux mélodies une sensibilité torturée ou apaisée selon les instants. Ce n’est pas un hasard si 'An Awesome Wave' s’ouvre sur une montée en puissance puis un collège de voix a cappella, avant que "Tessellate" ne vienne faire frissonner l’échine de l’auditeur. Ces Anglais savent ménager les temps, faire respirer l’écoute et concevoir l’album comme une formidable montagne russe d’émotions. Joie de vivre et de danser sur les magnifiques "Dissolve Me" ou "Something Good", bluette romantique avec "Matilda", ambiance indienne sur "Taro". Et puis il y a les chefs-d’œuvre "Breezeblocks", "Tessellate", ou "Fitzpleasure", où la musique prend une dimension encore plus mystique. Cette dernière chanson débute avec des chœurs harmoniques, brisés par la voix soudaine de Newman et le bruit sourd des synthés de Gus Unger-Hamilton. Les guitares suivent, plurielles, mêlant arpèges aigus et accords sombres, et s’accordent parfaitement avec les incantations lancées par le groupe comme un seul homme. Riche, technique, complexe et profond à la fois, 'An Awesome Wave' se boit jusqu’à plus soif. Et l’auditeur peut faire sienne cette phrase de "Breezeblocks" : « Please don’t go, I love you so ».

Label : Infectious

Pour en savoir plus : http://altjband.com/

>> Lire les autres critiques de notre dossier sur les meilleurs albums de 2012.

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Votre avis