American Honey

Cinéma, Drame
3 sur 5 étoiles
American Honey

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Le réalisateur britannique Andrea Arnold débarque aux Etats-Unis pour un road-movie adolescent, audacieux et décousu.

Il y a tellement de moments extraordinaires, de beaux plans irisés et de purs moments d'ivresse et d'adrénaline dans ce portrait fracturé d'adolescents américains signé par le cinéaste britannique Andrea Arnold. Ce qui rend d'autant plus frustrant le fait que son quatrième film peine à être davantage qu'une expérience excitante, mais parfois laborieuse et trop longue. Musical, remuant et copieux, le long métrage n'est pas tant structuré comme une histoire que suivant une mosaïque de fragments disparates, dans un esprit d'improvisation en goguette. Ceci dit, son sujet paraît simple : 'American Honey' est un road movie centré sur une bande de jeunes, vendant des abonnements de magazines en porte-à-porte dans différents états du Midwest.

Notre guide à travers leur mode de vie anarchique est Star (Sasha Lane), une jeune fille en quête d'elle-même, qui pourrait bien nous rappeler la Mia du deuxième film d'Andrea Arnold, 'Fish Tank' - d'ailleurs, là encore, son directeur de la photographie Robbie Ryan filme 'American Honey' de très près, de façon intime et claustrophobe. La première fois que Star apparaît à l'écran, c'est en prenant soin de deux jeunes enfants tout en essayant d'éviter les attouchements d'un type bourré qui semble être son père. Mais ce n'est que peu de temps après qu'elle fait la rencontre du drôle mais inquiétant Jake (Shia LaBeouf), de la méfiante Krystal (Riley Keough) et de leur gang de vendeurs à domicile, avec lequel elle prend bientôt la poudre d'escampette.

Le film se déroule alors comme un road movie choral, papillonnant entre des événements qui reflètent le sentiment croissant de conscience d'elle-même qu'éprouve son héroïne, à travers des rencontres avec de potentiels clients, une partie de jambes en l'air avec Jake, une prise de risque avec des hommes plus âgés… Des scènes à l'atmosphère assez répétitive, qui lorgnent parfois vers du Terrence Malick ou se complaisent dans des plans d'ensemble de groupes d'ados anonymes, en train de faire la fête, de se battre, de chanter ou de baiser. Dans ses pires moments, 'American Honey' ressemble à la carte postale d'un touriste paumé dans les marges de l'Amérique - avec ses références attendues à Larry Clark et Harmony Korine, ou à des photographes comme William Eggleston. Au mieux, le film jouit de son incroyable énergie adolescente, captée in situ par la caméra d'Arnold.

Comme on le disait plus tôt, 'American Honey' est son premier film tourné en Amérique. Et le plaisir que vous prendrez à le voir dépendra peut-être de la connivence que vous pouvez avoir (ou pas) avec ses précédents films - ou, au contraire, de la découverte que vous ferez de son cinéma. Quoi qu'il en soit, là où ce nouveau long métrage paraît rafraîchissant, c'est dans sa suggestion que son gang d'inadaptés plus ou moins attachants soit en quelque sorte un microcosme du capitalisme et du rêve américains : une expérience sociale de l'argent, du sexe, du pouvoir et de l'appartenance à un groupe. Son personnage principal, Star, se perd parfois en chemin, mais c'est sans doute pour le mieux. Voilà en somme un film à la fois audacieux, plein d'énergie et de détermination, mais aussi souvent décousu et parfois bancal.

Infos

Détails de la sortie

Durée
0 min

Crédits

Réalisateur
Andrea Arnold
Scénariste
Andrea Arnold
Acteurs
Sasha Lane
Shia LaBoeuf
McCaul Lombardi
Arielle Holmes