Anomalisa

Cinéma, Film d'animation
Recommandé
4 sur 5 étoiles
Anomalisa

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Inédit dans sa forme, interrogateur sur le fond, le nouveau film de Charlie Kaufman est une belle anomalie cinématographique.

Michael Stone est un homme entre deux âges, taciturne et grisonnant, marié, un enfant. Certes, il ne porte pas de Rolex au poignet mais, selon les critères sociaux universellement en vigueur, on peut dire qu’il a réussi sa vie. Auteur du best-seller ‘Comment puis-je vous aider à les aider ?’ (Bible dans le milieu du service-client), cet expatrié anglais vivant aux Etats-Unis est connu et reconnu dans la rue, aimé et respecté des siens comme de parfaits inconnus. Malgré cela, Michael se sent aussi engoncé dans son costume que dans sa vie, oppressé par sa banalité.

En voyage d’affaires à Cincinnati, Michael est même prêt à tromper sa femme avec une ex-petite amie, qu’il a larguée sans explications il y a une dizaine d’années, histoire de pimenter un peu sa morne existence. Mais rien n’y fait : seul dans sa chambre d’hôtel, Michael a le blues et les brefs dialogues qu’il échange avec ses semblables, d’une désespérante platitude, n’arrangent pas son cas. Pour lui, ces insipides congénères se confondent d’ailleurs en une masse indistincte puisque, homme ou femme, ils ont tous la même voix.

Cependant, dans ce monde sans individualité vocale, une personnalité se distingue par son timbre unique : Lisa. Insignifiante employée d’une agence d’un centre d’appel, timide, maladroite et complexée, elle incarne ce grain de sable inopiné qui vient gripper une machine en apparence bien huilée. Enfin bouleversé dans sa morne réalité, Michael est heureux ! Mais cette aventure d’une nuit peut-elle vraiment changer toute une vie d’ennui ?

Charlie Kaufman, scénariste génial de ‘Dans la peau de John Malkovich’ et ‘Eternal sunshine of the spotless mind’, réalise là son deuxième long métrage et premier film d’animation. Certes, il reprend des thèmes qui lui sont chers, mais qui ont été traités maintes fois sur grand écran, tels la solitude, la mélancolie, la dépression, les relations, etc. Réflexion sur la vacuité de l’existence et vaine escapade d’un homme en quête de sens (et de sensations), ‘Anomalisa’ déroule également une jolie métaphore en forme de jeu de mots : ici-bas, chacun cherche sa voix.

Mais ce qui rend vraiment ce film spécial et surprenant, c’est qu’il réussit la prouesse d’être terriblement juste et humain sans justement prendre corps au travers d’acteurs de chair et d'os. Pour ‘Anomalisa’, Charlie Kaufman s’est en effet allié à Starburns Industries, studio de production spécialisé dans la stop motion et l’animation 2D, récompensé d’un Emmy Award en 2013 pour avoir animé l’épisode ‘Abed’s Uncontrollable Christmas’ de la série ‘Community’. Des techniques mi-artisanales, mi-numériques qui donnent au film une dimension à la fois fabuleuse et hyperréaliste, le moindre bouton de chemise ainsi que la moindre lueur dans le regard des marionnettes étant reproduits à la perfection. Tout simplement saisissant.

Seules les coutures sur les visages de ces poupées plus vraies que nature traduisent la supercherie. Traditionnellement effacées en post-prod, elles ont été délibérément laissées par Charlie Kaufman et son coréalisateur Duke Johnson, afin de marquer le malaise existentiel de Michael Stone par une approche physiquement rugueuse. Mais c’est surtout l’authenticité de ce procédé qui s’accorde parfaitement aux émotions sans filtre de ces anti-héros, alter-ego de notre quotidien.

Oscillant entre conte et monde (trop) réel, septième art et pièce de théâtre aux actes tristement cycliques – ‘Anomalisa’ est initialement une œuvre écrite par Charlie Kaufman et jouée par Jennifer Jason Leigh, Tom Noonan et David Thewlis, qui assurent la transition sonore des planches à l’écran – ce film fait du bien autant qu’il fait mal, miroir informant sur notre futile situation de vivant. A l’image de la vie, belle et blessante en même temps, ‘Anomalisa’ est une énigme. Une jolie anomalie.

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 20 janvier 2016
Durée
90 mins

Crédits

Réalisateur
Charlie Kaufman, Duke Johnson
Scénariste
Charlie Kaufman