Border

Cinéma, Thriller
5 sur 5 étoiles
Border

Tina a un physique ingrat. Mais alors qu’elle travaille à la douane, elle croise le chemin d’un individu aux mêmes difformités. Commence alors entre les deux « monstres » une véritable idylle. Et avec elle les premières révélations : Tina n’est pas humaine.

Couronné au dernier Festival de Cannes par le prix Un Certain Regard, Border est un freak show primitif qui trouble les frontières. Celles des genres d’abord, puisque le film oscille brillamment entre horreur, thriller social et poésie fantastique. Un combo simple et parfait, sans (presque) aucune extravagance. Tout ça sous une texture visuelle quasi naturaliste, histoire de tourner le dos aux films trop néons, trop pompeux (Grave en tête). 

Celles des genres encore, en prenant pour sujet principal les trans-humanités (les sexualités incertaines, le corps entre l’homme et l’animal). Le film interroge constamment ces normes, la possibilité (ou pas) de choisir son camp ou son corps, et rend toujours visibles les étrangetés (la communion avec la faune et la flore, les échanges amoureux, la nutrition marginale, l’hypersensibilité).

Mais surtout il fait de toutes ces différences une force. Il rend le monstre beau par ses anomalies : c’est par celles-ci qu’il s’exprime, c’est par celles-ci qu’il existe. Dans une aventure identitaire au cœur d’une forêt presque sans histoire (l’enquête policière et les affaires pédophiles restent en arrière-plan). Un conte contemporain, sale, rugueux, dans lequel la Bête serait aussi la Belle.

Par Gildas Madelénat

Publié :

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 9 janvier 2019
Durée
110 mins

Crédits

LiveReviews|0
1 person listening