Cogan : Killing Them Softly

Cinéma, Action & aventure
Recommandé
3 sur 5 étoiles
KillingThemSoftly_02.jpg

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Les malfrats ont décidément le blues. Et souffrent eux aussi de la crise financière. Voilà en tout cas ce qu’Andrew Dominik – également réalisateur de ‘L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford’ (2007), avec déjà Brad Pitt dans le rôle principal – raconte de notre époque lorsqu’il s’attaque au film de gangsters. Contrairement à ce que pouvait laisser présager l’affiche, montrant un Cogan (Brad Pitt donc) déterminé et lourdement armé, ce long métrage ne donne pas dans la débauche de scènes d’action ; on en dénombre « seulement » quatre, à l’efficacité redoutable, notamment grâce à un travail intéressant sur la tension du spectateur (pas de musique, violence brute et réaliste, effets spéciaux bien sentis). Ici le propos est plus subtil, ou du moins critique, à l’image de cette scène d’ouverture sur un discours épique d’Obama, alors qu’un loser lambda marche dans des rues vides et désolées. On le sait bien désormais : c’est aussi ça, l’Amérique.

Pourtant, Dominik parvient à captiver sur ce thème quelque peu rebattu, mettant en scène des truands (de haut vol ou non) sur lesquels plane l’ombre de la crise financière. Situant l’action lors de la campagne présidentielle de 2008 opposant Obama et McCain, le réalisateur signe avec ‘Cogan : Killing Them Softly’ (on goûtera tout le cynisme du titre) une charge plutôt bien sentie de la politique américaine, consistant selon lui principalement en une succession de déclarations d’intention sans véritable effet, du moins sur une large partie de la population. Comme si, finalement, la majorité des Américains pouvaient aujourd’hui passer pour des déclassés, voire des marginaux. Pour incarner cette puissance à la dérive, le réalisateur convoque une galerie de « gueules » toutes plus charismatiques les unes que les autres, dans laquelle Brad Pitt paraît presque en retrait : entre Richard Jenkins en avocat véreux, James Gandolfini dans le rôle d’un tueur à gages bientôt à la retraite ou Ray Liotta en tenancier de tripot lâché par ses pairs, le casting a de quoi impressionner. Plus que le scénario en tout cas, bien ficelé mais un brin trop classique pour surprendre – Cogan se voit charger de retrouver et éliminer deux petites frappes ayant braqué un tripot. Reste le traitement et quelques scènes mémorables, comme cette dispute franchement drôle entre un tueur à gages alcoolique (James Gandolfini/Mickey) et une prostituée revêche. Entre cynisme, ironie et amertume, ‘Cogan’ trouve un bon équilibre, qui le classe bien au-dessus de nombreux blockbusters inoffensifs.

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 5 décembre 2012
Durée
100 mins

Crédits

Réalisateur
Andrew Dominik
Scénariste
Andrew Dominik
Acteurs
Brad Pitt
Ray Liotta
Richard Jenkins
James Gandolfini