Demolition

Cinéma, Drame
4 sur 5 étoiles
Demolition

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Et si c’était en détruisant tout qu’on apprenait à mieux se reconstruire ?

Lorsque sa femme décède dans un tragique accident de voiture, l’univers taillé comme un costume trois pièces de Davis Mitchell s’écroule. Plus déboussolé que réellement malheureux, ce banquier d’affaire au destin tout tracé se met alors à voir le monde différemment, à l’observer dans ses moindres détails. Une chose qu’il n’avait jamais faite avant, ce que son épouse lui reprochait souvent. Animé d’un irrépressible besoin de comprendre ce qu’il y a sous l’enveloppe d’un objet, comme s’il cherchait à savoir ce qui se dissimule derrière son apparence de gendre idéal, Davis entreprend de tout désosser : son ordinateur, les appliques de lampes, son frigo… Même sa maison devient le théâtre de ses envies de démolition !

Parallèlement à cette obsession, le jeune veuf se met à raconter sa vie dans des lettres de réclamation. Une correspondance en forme de journal intime qui finit par émouvoir Karen, mère de famille célibataire et droguée, responsable du service client incriminé. Entre ces deux âmes paumées se lie alors une relation forte, intense et platonique, à laquelle vient se greffer le fils de Karen, un ado de 15 ans lui aussi en quête de sens.
Dans ce triangle affectif, l’honnêteté et l’excès des sentiments règnent. Un peu comme chez les enfants. D’ailleurs, ce ne sont plus des adultes que filme Jean-Marc Vallée –réalisateur de ‘Dallas Buyers Club’ –, mais des gamins en roue libre, complices et touchants. En témoigne cette scène où Jake Gyllenhaal - qui excelle dans les rôles de gars désaxés depuis 'Night Call' et 'Enemy' - et Naomi Watts construisent une barricade de coussins puis projettent sur le mur des ombres chinoises à l’aide d’une lampe torche.

Inscrit dans la fameuse Black List de 2007 des meilleurs scripts n’ayant pas trouvé de producteurs, le scénario libre et insouciant de ‘Demolition’ risque ainsi de dérouter ceux qui pensaient trouver ici un drame comique linéaire. Pour cause : à l’image du chaos organisé qu’est la réalité, ce film évolue en emportant le spectateur au gré d’évènements imprévus et des comportements impulsifs de ses protagonistes. Certes, il a la crudité de la lumière naturelle et peut donc faire mal aux rétines susceptibles. Mais le jeu des acteurs qui le portent, l’oscarisé Chris Cooper et la révélation Judah Lewis en tête, en font un hymne à la vie aussi déconcertant qu’optimiste. Et qui, prenant exemple sur son anti-héros Davis, brise les étiquettes du genre et ne semble s’attacher à aucun jugement de valeur. 

Cliquez ici pour participer à notre jeu-concours et tenter de gagner des places de ciné pour 'Demolition'.

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 6 avril 2016
Durée
101 mins

Crédits

Réalisateur
Jean-Marc Vallée
Scénariste
Bryan Sipe
Acteurs
Jake Gyllenhaal
Naomi Watts
Chris Cooper