Frank

Cinéma, Comédie
4 sur 5 étoiles
Frank

Time Out dit

4 sur 5 étoiles
Dans un petit univers sensible et décalé, à une planète et demie de celle de Gondry et à quelques lieues du cartoon, se trouve ‘Frank’, le quatrième film du réalisateur irlandais Lenny Abrahamson, que la tête ronde et clownesque de son héros ballotte entre réel et irréel avec la précision d’un métronome. 
 
Bien que le scénario soit inspiré de la vie de Frank Sidebottom – personnage créé par le musicien britannique Chris Sievey, pour justifier la tête en papier mâché qu’il portait lors des concerts de son groupe Sonorfbps comme dans la sphère privée – ce long métrage se veut alternatif et s’émancipe volontairement des contraintes du biopic. Il retrace le parcours initiatique de Jon, brillamment interprété par Domhnall Gleeson (aperçu dans ‘True Grit’ des frères Coen, mais surtout dans ‘Anna Karénine’), qui voit sa morne vie basculer grâce à une rencontre inespérée avec un groupe de pop avant-gardiste à la recherche d’un nouveau clavier. Cette étrange coïncidence mène le personnage au cœur d’une aventure humaine bourrée de virages, des plus comiques aux plus tragiques, de l’Irlande au Texas. 
 
Dissimulé derrière l’imposante tête en papier mâché de Frank, Michael Fassbender – dont la performance se révèle stupéfiante – a accepté de jouer dans une bulle insulaire sans ne rien voir au dehors, presque sans entendre aucun bruit, mais il interagit pourtant de manière très naturelle avec les autres personnages, qui ont également tous leurs particularités et leur raison d’être. Et, bien que les expressions de ce visage factice ne changent pas, il parvient à traduire toutes les émotions, et même à nous rendre cette étrangeté familière. 
 
Derrière l’apparente drôlerie de ‘Frank’ et ses improbables chansons qui prêtent à sourire, se cache évidemment une dimension plus complexe et plus sombre ; à l’image des désordres mentaux du personnage, le scénario et la mise en scène se veulent « aussi bipolaires qu’il l’était, alternant moments d’introversion et d’euphorie » (Michael Fassbender). Cette instabilité dépeint avec justesse la difficulté de la création artistique et de l’art de la composition : avec la musique, avec les autres, mais aussi avec soi-même. En cela réside toute l’originalité de ce film à l’humour britannique et à la marginalité assumée, dispensé d’appartenir à un genre préétabli. 
 
Finalement, ce plaisant long métrage s’avère à la fois ludique, tragiquement comique, traversé d’ironie et riche de symboles ; le masque que porte le personnage matérialise celui que nous portons tous de manière plus subtile, tâchant de domestiquer au mieux l’équilibre délicat entre l’image que nous renvoyons et ce que nous sommes.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
Lenny Abrahamson
Scénariste
Jon Ronson, Peter Straughan
Acteurs
Michael Fassbender
Maggie Gyllenhaal
Domhnall Gleeson