Green Room

Cinéma, Thriller
Recommandé
3 sur 5 étoiles
Green Room

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

De la violence, du gore et des nazis.

Ils crèchent dans un van, siphonnent des réservoirs d’essence sur les parkings et vocifèrent leur rage dans des patelins de l’Amérique profonde. Leur nom ? Les Ain’t Rights, groupe de punk pseudo-rebelle cantonné à se produire dans des salles miteuses. Leur malheur ? Accepter de jouer par appât du fric dans un concert glauque, peuplé de skinheads au fin fond de l’Oregon. Et vous l’aurez compris, rien ne se passe comme prévu. Après leur performance, l’un des membres est le témoin malencontreux d’un meurtre. C’est la panique, nulle question de les laisser repartir. Ils s’enferment alors dans la green room et deviennent les otages de nazis sans foi ni loi.

Après l’épatant ‘Blue Ruin’, long métrage sanglant gorgé d’humour noir et de guns à gogo, disséquant à la manière d’un ‘No Country For Old Men’ un pays en déroute, Jérémy Saulnier nous livre encore un bon film de genre. De nouveau présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, il nous plonge dans un film de survie qui, contrairement à son prédécesseur, délaisse les grands espaces pour un quasi huis-clos. Avec toute sa maîtrise technique et son utilisation habile du ralenti et du rythme, ‘Green Room’ est une œuvre viscérale dont le seul but semble être de provoquer l’effroi, le sursaut, et de nous faire tourner de l'œil via des scènes terriblement gore, corps déchiquetés à l’appui.

Paradoxalement, et contrairement à de nombreux films d’action, les personnages enchaînent ici les mauvaises décisions et deviennent malgré eux des combattants maladroits, des antihéros à la manière de ceux des frères Coen (toujours eux). Ils sont confrontés tour à tour à des molosses de combat et des attaques à la machette ou à l’arme lourde. Cette quête de survie révélera la nature profonde de chacun, non sans humour, certains avouant leur amour pour Prince ou Madonna à l’approche de la mort. Le tout est très efficace, même si Saulnier ne s’intéresse que trop peu aux questions de l’idéologie de la « suprématie blanche » et semble un peu trop s’enfermer dans les codes du genre. Si vous avez aimé ‘Assaut’, ‘La Nuit des morts-vivants’ ou ‘Les Chiens de paille’, ce film y fait écho et saura vous plaire. Pour les autres, il faudra peut-être passer son chemin.

Infos

Détails de la sortie

Durée
95 mins

Crédits

Réalisateur
Jeremy Saulnier
Scénariste
Jeremy Saulnier
Acteurs
Anton Yelchin
Patrick Stewart
Imogen Poots

Votre avis