Imitation Game

Cinéma, Drame
Recommandé
3 sur 5 étoiles
Imitation Game

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Voilà un cas d’école assez typique : une idée originale, un mélange des genres (en l’occurrence biopic et film d’espionnage), des interprètes à la fois solides et dans l’air du temps, mais une réalisation tellement plate et attendue – presque pataude, parfois – qu’elle limite terriblement le film, surlignant maladroitement ce qui aurait dû rester plus suggestif, délicat ou ouvert à l’interprétation.

Benedict Cumberbatch (le désormais célébrissime interprète de la série britannique ‘Sherlock’) y incarne Alan Turing : mathématicien d’exception, super-geek avant l’heure, Turing est surtout célèbre pour avoir réussi à créer une machine capable de décrypter les messages codés des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est cette partie « espionnage » de ‘Imitation Game’ qui fonctionne le mieux, en dépit d’une reconstitution numérique en peu trop voyante du Londres de l’époque (la plupart des scènes d’extérieur sentant le fond vert à plein nez). Aidé par une Keira Knightley qu’on retrouve ici comme génie de la cryptanalyse (et pourquoi pas ?), Sherlock, pardon Turing triture ainsi câbles et méninges dans une course contre la montre pour déchiffrer les prochaines attaques de l’Allemagne hitlérienne. Ultra-classique, mais ça fonctionne.

Là où le film paraît plus superficiel, en revanche, c’est dans son aspect biographique : persécuté après la guerre pour son homosexualité – ce qui, dans son cas, alla jusqu’à la barbarie d’une « castration chimique », manifestement assez courante à l’époque –, Turing fut pour le moins traité avec une violente ingratitude par l’Angleterre de son époque. Or, le film a davantage de mal à traiter cette thématique, donnant lieu à des séquences un peu lourdaudes, que la musique d’Alexandre Desplat ne parvient pas vraiment à rafraîchir. C’est donc bien ici le côté biopic qui pêche (comme souvent), en cherchant à réduire une personnalité à quelques traits marquants plus ou moins caricaturaux : l’amour naissant entre le jeune Alan et un camarade de classe suffit ainsi à expédier la question de l’homosexualité, dont la condamnation profondément choquante ne se trouve abordée à la va-vite qu'à la fin du film.

Pourtant, le parcours et la personnalité de Turing ont de quoi passionner, et tenir en haleine le spectateur. Mais à force de raccourcis et de travellings mollassons façon ‘Downtown Abbey’, la réalisation de Morten Tyldum (pourtant nommé aux Oscars dans la catégorie « meilleur réalisateur », aux côtés d’Alejandro Iñárritu ou Wes Anderson) plafonne au niveau d’une fiche wikipédia. Heureusement donc que le jeu impeccable de Cumberbatch et l’intérêt de la vie de Turing lui-même sauvent la mise.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 28 janvier 2015
Durée
113 mins

Crédits

Réalisateur
Morten Tyldum
Scénariste
Graham Moore
Acteurs
Benedict Cumberbatch
Keira Knightley
Matthew Goode

Votre avis