La Chambre interdite

Cinéma, Drame
4 sur 5 étoiles
La Chambre interdite

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Allez, n’hésitez plus, poussez donc la porte de cette intrigante ‘Chambre interdite’, aux recoins multiples et passages secrets insoupçonnés : vous y trouverez un long métrage non seulement délirant, mais aussi proprement fabuleux – en particulier pour tous ceux qui apprécient le cinéma comme dispositif de perceptions à visée psychédélique, mise en forme ludique d’un imaginaire débridé, labyrinthe surnaturel et lyrique ou grotte fantasmatique aux méandres inouïs. A travers sa narration en poupées russes que semble souverainement commander le jeu libre des associations d’idées – marabout-bout-de-ficelle, comment-vas-tu-yau-de-poêle – le film du Canadien Guy Maddin livre une fascinante somme cinéphile, où se croisent des films perdus de Lubitsch, Hitchcock, Ozu, Vigo ou Stroheim.

S’inspirant des notes, documents ou scénarios des films oubliés de quelques-uns des plus grands maîtres du septième art, Maddin joue ainsi, à travers un geste de réappropriation référencé et aventureux, à réinventer un cinéma des origines, ou tout du moins son ombre, son fantasme, en multipliant les filtres imposés au numérique afin de rendre le film plus sale, plus granuleux, de le saturer ou de le faire sauter comme de vieilles bobines 8 mm. En outre, la distribution de ce film hors-norme se révèle également incroyable : Mathieu Amalric, Maria de Medeiros, Udo Kier, Charlotte Rampling, Jacques Nolot, Adèle Haenel, Jean-François Stévenin…

En partie basé sur les exercices de spiritismes filmés, organisés au Centre Pompidou par Guy Maddin en 2013 (lire notre interview à l’époque), ‘La Chambre interdite’ est évidemment impossible à résumer, mais il ne faut en aucun cas que cela constitue un frein : parcouru d’humour absurde, de fantaisie potache, le long métrage parvient en effet à trouver un bel équilibre entre ambition du projet, inventivité de sa mise en œuvre et vertige du résultat monté, collage tous azimuts qui rappelera avec joie le cinéma de Luis Buñuel ou David Lynch. Toutefois, une mention spéciale doit être réservée à cette séquence musicale d’ode aux « derrières » (en français dans le texte), sur une musique inédite (spécialement composée pour le film) et absolument hilarante de The Sparks – le groupe californien, complice de Maddin, travaillant par ailleurs actuellement sur un projet de comédie musicale mis en scène par Leos Carax. Bref, bravez donc les interdits ; il y a à boire et à manger dans cette chambre… Et vraiment de quoi se régaler.

Infos

Détails de la sortie

Durée
130 mins

Crédits

Réalisateur
Guy Maddin, Clara Furey
Scénariste
Guy Maddin
Acteurs
Mathieu Amalric
Charlotte Rampling

Votre avis