Le Grinch

Cinéma, Film d'animation
3 sur 5 étoiles
Le Grinch

Alors qu’à Chouville se prépare le plus beau de tous les Noëls, le grincheux Grinch manque soudainement de provision et doit se rendre en ville. Les chants, les lumières, les cadeaux, ç’en est trop. Parce qu’il a été abandonné dans son enfance et que voir les gens heureux le rend vert de rage, il décide de se venger en ruinant Noël. Antésanta ou le plus grand des voleurs. 

On ne s’était pas encore remis de la prestation Grinch de Jim Carrey en 2000 (en vrai, l’un des films les plus flippants au monde), qu’Illumination décide de redonner sa chance au monstre poilu. Après un troisième épisode de Moi, moche et méchant, et des aventures animalières plutôt réussies (Comme des bêtes, Tous en scène), le studio américain offre une christmas story à l’intérêt et la qualité incertaine. Il fait chou blanc.

Leur patte visuelle a désormais une palette de retard et souffre toujours de ses rondeurs. Une proposition sans enjeux ni tentative, bien loin des merveilles graphiques de chez Disney-Pixar. Il reste l’humour, celui des absurdités technologiques et des crétins (la séance est sauvée par les minions dans le court métrage d’intro Yellow is the new black). Après ça, pas de personnage vraiment séduisant, pas d’envergure, pas de beauté. 

Les miracles de Noël ne sauveront que l’histoire. Tout va mieux et ils trinquent à la gentillesse et à l’amour, "les choses les plus indispensables" Pourquoi pas, mais avoir du style et des idées, c’est bien aussi.

Par Gildas Madelénat

Publié :

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
Yarrow Cheney, Scott Mosier
Scénariste
Michael LeSieur, Tommy Swerdlow
LiveReviews|0
1 person listening