Le père Noël a les yeux bleus

Cinéma
Le père Noël a les yeux bleus

Time Out dit

Dédié à Charles Trenet, et tourné pendant l’hiver 1965-66 grâce à l’aide matérielle de Jean-Luc Godard, ‘Le père Noël a les yeux bleus’ est le deuxième moyen métrage de Jean Eustache. A Narbonne, Daniel (Jean-Pierre Léaud) est un jeune homme pauvre et désœuvré qui, pour l’hiver, aimerait pouvoir se payer un duffle coat à la mode. Laissant tomber ses flirts ratés et ses menus larcins, il accepte de se déguiser en père Noël pour se faire un peu d’argent en se faisant photographier avec les gamins du coin. Et remarque bientôt que, caché derrière sa barbe de faux Saint-Nicolas, il lui devient finalement plus facile de draguer les filles. Sept ans avant son film-fleuve, ‘La Maman et la Putain’ (où il retrouvera Jean-Pierre Léaud), il est étonnant de constater à quel point les grands thèmes et le ton de Jean Eustache s’affirment déjà dans les 47 minutes de ce film : la séduction, la violence du désir, l’errance urbaine, l’absence d’argent, le dégoût du travail, les cafés et la fumée de cigarette… Le tout traduit par un singulier mélange d’élégance et d’impudeur, de mélancolie et de brutalité acide. Au final, un précieux et cruel roman d’apprentissage... où le père Noël finit son réveillon ivre, sur le chemin d’un bordel.

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Votre avis