L'Ecume des jours

Cinéma, Comédie
3 sur 5 étoiles
L'Ecume des jours

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Pour adapter le roman poético-mélancolico-swing de Boris Vian, le nom de Michel Gondry sonne comme une évidence. Presque trop. La première partie du film se débat ainsi dans un étrange surcroît de fantaisie, avec un côté « cahier des charges poétiques » qui laisse un tantinet suspicieux : la patte de Gondry, omniprésente, parvient certes à retranscrire l’humour gentiment farfelu de Vian, mais ne peut s’empêcher de verser dans une gaîté surjouée, passablement surannée.

Les acteurs semblent se démener, leurs compositions restent difficiles à apprécier tant la mise en scène souligne, parfois à outrance, qu’on a bien affaire à une adaptation en règle – donc pas trop audacieuse, non plus – de ce bon vieux monument littéraire (avec son pianocktail, Jean-Sol Patre, etc.) par Michel Gondry (avec ses petits effets visuels bricolo, tout ça, tout ça). Bref, c’est bien mignon, mais presque aussi prévisible que du Baz Luhrmann ; même si c’est en plus artisanal et sympathique.

Heureusement, comme le récit de Vian, le film bascule vers son milieu : après sa première moitié trop joyeuse où Colin (Romain Duris) et Chloé (Audrey Tautou) se rencontrent, dansent, flirtent, se marient et bla-bla-bla, Chloé tombe malade. Alors, le gros gâteau fantaisiste – dont on craignait qu’il se révèle, à la longue, franchement indigeste – prend une tournure plus mélancolique, où les gadgets et les tics de mise en scène de Gondry semblent eux-mêmes reconnaître leur caractère dérisoire, leur illusion facile. Par sa symétrie en négatif de la première partie, cette seconde moitié rachète plutôt le film. Ainsi ‘L’Ecume de jours’ satisfera, sans doute, les lecteurs de Vian d'un côté, les fans de Gondry de l'autre, et parviendra peut-être même à toucher les indifférents aux deux. Même si, à bien y regarder, ‘L’Ecume des jours’ n’est sans doute pas le roman le plus excitant de Vian. Ce qui est une autre question.

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 24 avril 2013
Durée
125 mins

Crédits