Ma vie avec John F. Donovan

Cinéma, Drame
2 sur 5 étoiles
Ma vie avec John F. Donovan

Time Out dit

2 sur 5 étoiles

Ma vie avec John F. Donovan, ou la triste fin de Xavier Dolan

John Donovan est un acteur américain avec quelques secrets. Homosexualité, vie de famille compliquée et passé trouble (tout l’apanage Xavier Dolan). Il entretient surtout une correspondance écrite avec un jeune garçon, Rupert. L’occasion pour lui de raconter sa vie et en même temps de se comprendre un peu mieux. De quoi s’économiser un psy. 

Ne nous méprenons pas, Xavier Dolan a fait quelques bons films (Laurence Anyways, et sûrement un autre). Mais Ma vie avec John F. Donovan est la fin d’un cycle. C’est la fin des beautés de jeunesse, des croyances lumineuses mais surtout des tentatives. S’il bataille contre les mécaniques hollywoodiennes (celles qui obligent dans le film à garder ses secrets), il le fait avec l’indélicatesse de ceux qu’il décrie (casting trop haut niveau, sujets tabous plus vraiment tabous, plan sur la ville made in Marvel et élans pop insipides). Il a passé la frontière du guilty pleasure et se retrouve bien loin de la « qualité » de ses autres opéras familiaux.

Il reste aussi trop collé à ses personnages. Si ça marchait (plus ou moins) dans Juste la Fin du Monde, il faut croire qu’ici les visages n’ont plus grand-chose à raconter, ou rien de nouveau. Puis que penser de cette correspondance ? La présence de John a une incidence sur la vie de Rupert, mais difficile de croire à l’inverse. En vrai, cet échange n’est le moteur de rien, ou presque. Car oui, tout est bien qui finit bien : parce que grâce aux malheurs de John, Rupert ose affirmer son homosexualité. Un bon gros mélo qui se la joue film du siècle. Encore.

Par Gildas Madelénat

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Crédits