Moonlight

Cinéma, Drame
5 sur 5 étoiles
4 sur 5 étoiles
(4Appréciations)
Moonlight

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Entre 'Brokeback Mountain' et la série 'The Wire', un drame déchirant qui nous plonge dans les ghettos noirs de Miami.

Dans toute compétition - qu'il s'agisse de boxe, de politique, de télé-réalité ou d'un concours de miss - on trouve généralement un grand favori. Et, face à lui, un prétendant. La prochaine cérémonie des Oscars (qui se tiendra ce 26 février) ne déroge manifestement pas à la règle.

Dans le rôle du chouchou, on le sait, le réjouissant 'La La Land' tient clairement le haut du pavé. Et il faut concéder que la pétillante comédie musicale de Damien Chazelle mériterait bien de rafler un bon paquet de récompenses ! Toutefois, dans la peau de l'outsider, 'Moonlight' de Barry Jenkins pourrait largement tirer son épingle du jeu. A juste titre et pour plusieurs raisons.

D'abord parce que, d'un point de vue strictement formel, 'Moonlight' paraît tout aussi impeccable : les acteurs sonnent incroyablement justes, la réalisation est d'une maîtrise bluffante, le travail sur l'image, le son et le rythme du montage laissent pantois… Bref, avec ses plans-séquences fluides et hypnotiques, 'Moonlight' n'a décidement pas grand-chose à envier à son compétiteur ! 

Mais au-delà de ces qualités objectives, 'Moonlight' pourrait presque constituer une sorte de parfaite réponse au film de Damien Chazelle - que d'aucuns ont pu accuser (souvent avec une certaine mauvaise foi) d'être trop blanc (en particulier pour un film sur le jazz), trop naïf, trop hétéro-centré… Car c'est par son réalisme et sa brutalité crue que 'Moonlight' vous saute au visage et vous transperce le cœur.

A la manière de 'Boyhood' de Richard Linklater, le film suit Chiron, jeune afro-américain introverti, sur trois époques. Tour à tour enfant, lycéen et adulte. Grandissant dans un ghetto noir de Miami, avec le deal de crack et la violence pour seuls horizons, Chiron se voit maltraité par ses camarades de classe, puis par les lascars de son lycée.

Délicat et rêveur, Chiron souffre en effet d'être rejeté pour son attirance pour les autres garçons. Elevé par une mère célibataire accro au crack et au comportement schizophrène, Chiron trouve heureusement un peu de réconfort auprès de Juan (Mahershala Ali, second rôle incroyable), dealer en chef du quartier, qui sera le premier à pousser Chiron à s'accepter.

On ne saurait en dire davantage, afin de ne pas éventer la destinée, souvent dure et parfois surprenante, de ce jeune héros étouffant dans la brutalité du quotidien des quartiers pauvres. Toutefois, il faut dire que les trois acteurs qui interprètent Chiron (Trevante Rhodes, Ashton Sanders et Alex Hibbert) jouent formidablement à l'unisson, donnant au personnage une densité bouleversante, malgré son évolution physique.

Précisons aussi que les quelques "grands thèmes" abordés par 'Moonlight' (la quête de l'identité, la sexualité, la jeunesse, la pauvreté...) sont toujours approchés de biais, avec tact et finesse, sans grands discours ou idées préconçues. En somme, le long métrage de Barry Jenkins (son second, seulement) pourrait bien nous donner une bonne idée du meilleur du cinéma américain contemporain. Un cinéma ouvert, rempli de questions et de doutes, à la fois brut et sensible. Autrement dit : du grand cinéma.

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
Barry Jenkins
Scénariste
Barry Jenkins
Acteurs
Alex R. Hibbert
Ashton Sanders
Trevante Rhodes
Naomie Harris
Andre Holland

Votre avis (4)

4 sur 5 étoiles