My Beautiful Boy

Cinéma, Drame
Recommandé
5 sur 5 étoiles
My Beautiful Boy

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Nic et David Sheff sont tout l’un pour l’autre. Une relation père/fils spéciale, qui n’empêchera pourtant pas le jeune homme de tomber dans la drogue dure. Une descente aux enfers dans un film qui s’attache à tracer les frontières de la famille, celles de ses aptitudes et de ses impuissances. 

Adapté des mémoires de la famille Sheff et d’un poème de Bukowski (Let It Enfold You), My Beautiful Boy tente de mettre en image des souffrances invisibles. Celles des trous noirs intérieurs et des réalités insuffisantes, tout en considérant le point de vue de l’entourage et de ses interrogations.

Bye Bye Requiem for a Dream. Comment parler des addictions, comment les comprendre ? Comment accepter de ne pas y arriver ? Et si au début la présence d’Amy Ryan ressemblait à une mauvaise blague (elle joue avec Steve Carell un couple de dégénérés dans la merveilleuse série The Office, version US), il faut se rendre à l’évidence : tous ici sont de grands acteurs. Comme si le prince Chalamet avait besoin d’une autre consécration.

Le film se lance alors dans l’exploration du passé (il est un entrelacement rigoureux d’époques et de souvenirs) sans trouver de réponse au mal. Il ne s’agit alors plus d’une quête, mais des prémices d’un deuil. Le deuil des vivants. Dans un drame militant, tout en B.O, qui s’offusque fort des faux remèdes de la société et de ses systèmes, alors qu’aux États-Unis la drogue reste la première cause de mortalité chez les moins de 50 ans. Et le pays des rêves d’Alabama Monroe se fait de l’argent sur le dos des malades. America doesn’t care.

Par Gildas Madelénat

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
Felix van Groeningen
Scénariste
Felix van Groeningen, Luke Davies
Acteurs
Timothée Chalamet
Steve Carell
Maura Tierney