National Gallery

Cinéma, Documentaire
Recommandé
4 sur 5 étoiles
National Gallery

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Souvent présenté comme le documentariste des institutions américaines (hôpital, police, université récemment), Frederick Wiseman se tourne régulièrement, depuis quelques années, vers l’Europe. En témoignent ses films ‘La Comédie-Française’ (1996), ‘La Danse, le ballet de l’Opéra de Paris’ (2009), ‘Crazy Horse’ (2011),  ou encore son dernier ‘National Gallery’. Pour la première fois de sa carrière, le réalisateur pousse donc les portes d’un musée, et non des moindres : avec ses 2 400 tableaux signés par les plus grands artistes du XIIIe au XIXe siècle, la collection londonienne demeure l’une des plus prestigieuses au monde.

Loin de viser l’exhaustivité ou le simple catalogage d’œuvres, Wiseman rend compte de la vivacité d’un lieu à travers une multitude d’aspects : ateliers pour aveugles, enfants ou employés d’entreprise, rencontre sous tension entre les différents services du musée, touristes en pleine contemplation, immersion dans l’atelier de restauration… Autant de micro-événements passionnants, rendus plus intéressants encore par le traitement qu’en fait le réalisateur. Car la forme, si elle répond à la même exigence et aux mêmes critères que pour ses autres documentaires, prend ici des airs d’inédit. 

A l’épineuse question « comment filmer la peinture ? », Wiseman répond par le jeu et un dialogue constant entre les œuvres, ce qui les entoure, ceux qui les regardent. Ainsi, une femme visitant le musée évoque parfois le sujet d’un portrait. Un des employés (guide ou restaurateur) nous fait découvrir des aspects insoupçonnés d’une toile. De longs silences, respirations contemplatives, succèdent à de grands et beaux discours, tandis que l’équipe de tournage s’ingénie à se faire doucement oublier. Si bien que l’on se sent presque plus libre, enfermé dans ce musée pendant près de trois heures, qu'à l'extérieur durant quelques minutes – d’où l’étrange sensation d’être « jeté dehors » lors des rares scènes tournées devant la National Gallery.

A 84 ans, l’Américain livre l’un de ses films les plus intelligents et profonds, aux ramifications complexes et subtiles. De quoi largement patienter en attendant, dans un autre registre, le prochain film d’Alexandre Sokourov, ‘Francofonia’, consacré au musée du Louvre pendant l’Occupation.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Durée
173 mins

Crédits

Réalisateur
Frederick Wiseman