Rétrospective Uri Zohar

Cinéma
Rétrospective Uri Zohar

Time Out dit

Cinéaste mythique de la « Nouvelle Sensibilité » israélienne des années 60, Uri Zohar bouleversa le cinéma de sa jeune nation par sa radicalité formelle, parfois étonnamment proche d’un Godard – avec, par exemple, le politique, ironique et brechtien ‘Un Trou dans la lune’, en 1965 – ou d’Alain Resnais (voir ‘Trois jours et un enfant’, en 1967).

Bohème, laïque et lyrique, critiquant avec humour l’idéologie sioniste de son époque, Uri Zohar reste assurément l’un des plus importants cinéastes israéliens, au même titre qu’un réalisateur contemporain comme Avi Mograbi (‘Pour un seul de mes deux yeux’, 2005) - mais en certainement plus populaire.

Virtuose de la comédie sociale comme du film de guerre (‘Chaque bâtard est un roi’, 1967) ou du cinéma-vérité (‘Escargot’, 1970), Uri Zohar fut très vite reconnu comme un grand inventeur de la grammaire moderne du cinéma israélien. Il décida pourtant, à la fin des années 70 et à la stupeur générale, de se tourner exclusivement vers la vie religieuse, actant un divorce entre sa vie d’homme et son œuvre cinématographique, à laquelle il tourna définitivement le dos. Depuis Uri Zohar vit sa vie. Ses films, passionnants et inventifs, restent heureusement à voir.

A la Cinémathèque française, du 10 au 21 octobre
Le programme complet : ici

Infos

Détails de la sortie

Crédits