Sinister

Cinéma
3 sur 5 étoiles
Sinister

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Quand on décide d’enquêter sur un quadruple meurtre, il va sans dire que s’installer dans la maison du crime n’est pas une brillante idée. C’est pourtant ce que fait Ethan Hawke, qui incarne ici un auteur en manque d’argent et de sensations fortes, déménageant femme et enfants dans une nouvelle maison sans leur dire que les locataires précédents furent pendus au fond du jardin.

A priori, ‘Sinister’ s’annonce donc comme un film d’horreur classique, pourvu d’un personnage principal qui ne sait prendre que des mauvaises décisions. Mais grâce à une atmosphère pesante renforcée par la bande-son lo-fi angoissante de Christopher Young (‘The Grudge’, ‘L’Exorcisme d’Emily Rose’), et surtout, grâce à un concept plutôt cool, ‘Sinister’ réussit tout de même à se démarquer.

Le film s’ouvre sur une séquence affreusement hypnotique : une famille - deux enfants et deux adultes -, leurs têtes recouvertes de sacs en toiles, leurs nuques reliées par une corde à la branche d’un arbre. Poussée par une force invisible, la branche s’élève lentement, et avec elle, les quatre corps impuissants : nous voilà témoins d’une hallucinante pendaison au ralenti. Le ton est donné.

‘Sinister’ est un film sur les films ; sur ceux qui les font, et ceux qui les regardent - y compris nous. Il se trouve que depuis l’apparition du Super 8, un démon (dont le maquillage fait penser à un Joker en noir et blanc) se balade dans les images, et contamine à la fois réalisateurs et spectateurs, poussant les premiers à massacrer les seconds. Si les séquences d’effroi sont donc nombreuses, haletantes et sans pitié, le film de Scott Derrickson n’oublie pas la part de drame émotionnel, faisant de la confrontation entre Ethan Hawke et sa femme l’un des moments les plus terrifiants du film.

Alors bien sûr, tous ces rebondissements sont encore moins crédibles que Bruce Willis avec des cheveux, et la fin du film laisse un peu à désirer. Mais on aime ‘Sinister’ pour son côté méta, à la fois parce qu’il offre une réflexion sympathique sur l'aspect pervers et démoniaque du cinéma, et surtout parce qu’il refuse, assez judicieusement, de se prendre au sérieux.

Infos

Détails de la sortie

Noté
12
Date de sortie
mercredi 7 novembre 2012
Durée
110 mins

Crédits

Réalisateur
Scott Derrickson
Scénariste
Scott Derrickson
Acteurs
Ethan Hawke
Juliet Rylance James Ransone
Fred Dalton Thompson