Star Wars : le réveil de la force

Cinéma, Science-fiction
Recommandé
5 sur 5 étoiles
Star Wars: The Force Awakens

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Luke Skywalker a disparu… Non, non, attendez, restez ! Ce n’est pas un spoiler, c’est à peine le point de départ du texte défilant sur fond étoilé au début du générique de ce Réveil de la Force ! D’ailleurs, rassurez-vous : la critique qui suit ne vous révélera rien de l’intrigue de ce septième épisode… Cela dit, méfiez-vous quand même, il y aurait beaucoup à spoiler avec ce film, qui prolonge de façon maline – et parfois assez bluffante – la trilogie originelle de Star Wars.

Devant la cohérence que réussit à instaurer le film avec les épisodes IV, V et VI, on se dit même que si les deux suivants parviennent à un niveau de qualité comparable, on pourra définitivement oublier la prélogie (épisodes I, II et III), décousue et passablement grotesque, réalisée par George Lucas au tournant des années 2000. Autrement dit, voici enfin devant nos yeux – plutôt ébahis, pour le coup – un véritable épisode de Star Wars du niveau de la franchise telle qu’elle s’est arrêtée en 1984. Rien de moins. Les fans peuvent donc se lécher les babines… Voire, même, Le Réveil de la Force n’est pas sans rappeler certains des frissons les plus singuliers de L’Empire contre-attaque, considéré par beaucoup comme le meilleur volume de la série. Bref, Le Réveil de la Force porte fort bien son titre. Et c’est déjà un soulagement.

Luke Skywalker a donc disparu. Autrement dit, la place est enfin libre, après toutes ces années, pour que l’intrigue se trouve logiquement portée par son génial second couteau, Han Solo. Ici non plus, nul spoiler : Harrison Ford figurant en plein milieu de l’affiche, on pouvait s’attendre à ce que son personnage représente une figure-clé du film. Mais c’est encore mieux que ça, en fait, cet épisode VII signé J. J. Abrams offrant ici à Han Solo l’un des postes les plus riches de l'épopée : celui du passeur entre deux générations, sur les épaules duquel repose, au sens propre, ce fameux Réveil de la Force – c’est-à-dire toute la renaissance possible de la série. Un Han Solo vieilli, ayant gagné en complexité et en densité, cette tête brûlée désormais fourbue, sans doute moins cynique qu’auparavant, qui permet à Harrison Ford de trouver l’un de ses rôles les plus définitivement mythiques et attachants (ce qui n’était pas tant que ça le cas des premiers épisodes de la saga).

Pour le reste, on ne veut vraiment pas vous gâcher le plaisir de la découverte… Toutefois, on peut affirmer sans crainte que le droïde BB-8 est au moins aussi cool que R2-D2 (mais en version tout-terrain), que Chewbacca et la princesse Leïa sont toujours là, qu’il y a des batailles de sabres laser, mais juste ce qu’il faut (en particulier un combat en forêt, sous la neige, absolument superbe), que les effets spéciaux optent pour une esthétique vintage de bon aloi, et, surtout, que le nouveau méchant du film, Kylo Ren (Adam Driver), un ancien apprenti Jedi devenu néo-Darth Vader, se révèle en définitive un personnage étonnamment plus riche qu’on pourrait a priori l’imaginer. Et encore, là, sachez qu'on vous tait l'essentiel.

Au bout du compte, c’est certainement avec les épisodes IV et V que les liens scénaristiques paraissent les plus nets. Mais à cette évidente qualité d’écriture (la présence aux manettes de Lawrence Kasdan, scénariste des épisodes V et VI, y est sans doute pour beaucoup), Le Réveil de la Force ajoute une dimension plus ouvertement féminine, en particulier à travers son héroïne, Rey (Daisy Ridley). Enfin et surtout, le ton du film parvient à une justesse réjouissante, trouvant un bel équilibre entre science-fiction, tragédie générationnelle, intertextualité et distance humoristique. Aussi peut-on considérer que J. J. Abrams, dont il faut ici saluer la maestria à ménager la chèvre et le chou de son cahier des charges, est assez magistralement parvenu à retrouver la magie particulière des premiers épisodes, dépassant (et de loin !) les errements de son ancien maître Jedi, George Lucas. Un pari joliment réussi, donc – dont on ne dira rien de plus, afin de ne pas gâcher le plaisir de ces retrouvailles… Ah oui, c’est vrai, où est donc passé Luke ? On s’en fout, finalement : Han Solo est enfin, ici, le véritable héros de Star Wars.

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
J.J. Abrams
Scénariste
J.J. Abrams, Lawrence Kasdan, Michael Arndt
Acteurs
Harrison Ford
Lupita Nyong'o
John Boyega
Oscar Isaac
Mark Hamill
Carrie Fisher
Adam Driver
Daisy Ridley