Steve Jobs

Cinéma, Drame
4 sur 5 étoiles
4 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
Steve Jobs

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Le génie fondateur d’Apple vu de l’autre côté de l’écran.

Il semblerait que, contrairement aux antibiotiques, les biopics soient devenus automatiques. Il suffit qu’une personnalité passe l’arme à gauche pour qu’elle fasse l’objet d’un film de ce genre. Un genre un peu voyeur pour réalisateurs en mal d’inspiration ? Demander à un mort de s’allonger sur les fauteuils d’une salle obscure afin d’autopsier sa vie peut cependant s’avérer intéressant lorsqu’on s’attelle à un profil génial mais névrosé. Et si cette analyse psycho-cinématographique est entreprise avec une pointe d’innovation et portée par des acteurs virtuoses, là on veut bien se laisser tenter.

Réunissant ces trois prérequis, ‘Steve Jobs’ version 2016 (à ne surtout pas confondre avec celui de 2013 interprété par Ashton Kutcher !) devrait donc figurer sur la liste de vos incontournables à voir en ce début d’année. Il faut dire que la fiche descriptive de ce biopic original fait grandement envie. Derrière la caméra, c’est Danny Boyle – à qui l’on doit ‘Slumdog Millionaire’, ‘Trainspotting’ ou encore la franchise ’28 jours plus tard’ et épaulé au début du tournage par le grand David Fincher (‘Seven’, ‘Zodiac’, etc.) – qui imprime sa patte. Niveau scénario, on retrouve Aaron Sorkin qui, après le bluffant ‘The Social Network’, remet sa plume au service d’une autre biographie sur un enfant terrible de l’informatique. Quant au casting, il comprend Michael Fassbender, Kate Winslet et Jeff Daniels, pour ne citer qu’eux. En somme, ‘Steve Jobs’ réunit un parterre de talents des plus alléchants. Et, fort heureusement, il tient ses promesses. 

Et pour cause, les images de Danny Boyle, vives et vivantes, s’enchaînent au rythme effréné de dialogues enlevés. Des échanges, ou plutôt des répliques, majoritairement des face-à-face, dont on ressort sonné comme après un combat de boxe. Ces fascinantes joutes verbales donnent à l’ensemble l’aspect d’un drame shakespearien où les personnages entrent et sortent dans une mise en scène millimétrée. Une théâtralité absolument délibérée et qui se retrouve dans la structure même du film. Celui-ci est découpé en trois actes, comme une pièce, et chaque acte relate de façon romanesque les quelques heures qui précédèrent la présentation publique, par Steve Jobs, de son dernier joujou : le Macintosh en 1984, NeXT Cube en 1988, et enfin l'iMac en 1998. Des lancements décisifs, au comble de la tension, permettant de révéler le visage aussi humain que monstrueux d’un homme parfois considéré comme un dieu. Car le portrait que dresse le binôme Boyle/Sorkin du fondateur d’Apple est sans concession. Autoritaire, imbu de lui-même, intransigeant voire antipathique et s’attribuant la paternité de tout sauf de sa propre fille, Lisa Brennan – envers qui il peine à faire preuve d’affection –, le Steve Jobs ici dépeint est loin d’être un modèle. Rigide et menaçant dans son Levi’s 501 et son pull à col roulé noir, Michael Fassbender incarne d’ailleurs à la perfection ce misanthrope, touchant malgré tout car désespérément à la recherche de reconnaissance et de légitimité. Kate Winslet, elle, se trouve transfigurée en Joanna Hoffman, assistante et alliée à l’abnégation ahurissante.

Bref, que ce soit Danny Boyle, Aaron Sorkin ou (a fortiori) Michael Fassbender, ils font tous le (Steve) job. Et ils le font bien.      

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 3 février 2016
Durée
122 mins

Crédits

Réalisateur
Danny Boyle
Scénariste
Aaron Sorkin
Acteurs
Michael Fassbender
Kate Winslet
Seth Rogen
Jeff Daniels

Votre avis (1)

4 sur 5 étoiles