Triple 9

Cinéma, Drame
4 sur 5 étoiles
3 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
Triple 9

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Vif, sombre et nerveux, ce film de John Hillcoat ne vous laissera aucun répit.

Si vous vous apprêtez à aller voir ‘Triple 9’ au cinéma, un conseil : prenez une grande inspiration avant. Car le dernier long métrage du réalisateur australien, à qui l’on doit également ‘La Route’ ou ‘Des hommes sans loi’, vous tiendra en haleine deux heures durant. Au risque de vous laisser sur le carreau, comme un agent touché pour qui l’on déclencherait un code 999. 

Car, bien que son scénario s’inscrive dans la longue lignée des films de gangsters ascendants mafieux et de flics tendance ripoux tels ‘Training Day’, ‘Heat’ ou plus récemment le sauvage ‘Cartel’, ‘Triple 9’ parvient à se démarquer de ce genre mythique grâce à un rythme effréné. Qui ne manquera d’ailleurs pas de happer le spectateur tout en le laissant scotché à son siège, à deux doigts de se tenir aux accoudoirs. Adieu la passivité ! Si vous espériez rester assis, bien tranquille sur votre strapontin, un paquet de pop-corn dans les mains, c’est raté : avec son style sec, voire rêche, John Hillcoat embarque le public dans un savant mélange d’immersion et de tension pures qui a fait sa marque de fabrique. La plus belle illustration de cette énergie viscérale réside dans la scène de braquage qui ouvre le film avec maestria. L’ambiance est, d’entrée, tellement suffocante qu’on se surprend à s’enfoncer dans son fauteuil et à trembler avec les victimes de ce hold-up éclair. Le cinéma d’action qui prend donc, ici, tout son sens, même s’il s’avère un peu moins sanglant que le laissait présager sa bande-annonce.

Toutefois, outre ce haut débit de réalisation – renforcée par une bande-son épique et presque agressive –, le casting est lui aussi à couper le souffle. On aime en effet Casey Affleck (‘Gone Baby Gone’) en policier intègre, désireux de faire le ménage dans son secteur et mâchant du chewing-gum en toutes circonstances. De même qu’on apprécie Chitewel Ejiofor (‘Twelve Years a Slave’) et Anthony Mackie (‘8 Mile’) en gardiens de l’ordre corrompus, ou Kate Winslet arborant le maquillage excessif de la « Tsarine », une baronne russe aussi froide que les steppes de Sibérie. Mais surtout, on adore Woody Harrelson en (gentil) alcoolique, rôle qu’il campe à merveille dans la plupart de ses films. Autant de personnages charismatiques au passif creusé qui donnent à ‘Triple 9’ une dimension humaine décuplant la monstruosité de certains actes.

Cependant, bien que la violence soit omniprésente dans ce long métrage, elle demeure subtile. Aucun débordement de testostérone ni aucune effusion d’hémoglobine irréaliste, Dieu merci ! Une intelligente et délicate attention de John Hillcoat qui, avec son esthétique un peu « old school », fait de ‘Triple 9’ une relecture du polar des plus agréables. Mais aussi des plus réussies.

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 16 mars 2016
Durée
115 mins

Crédits

Réalisateur
John Hillcoat
Scénariste
Matt Cook
Acteurs
Teresa Palmer
Kate Winslet
Norman Reedus
Woody Harrelson
Casey Affleck
Aaron Paul
Chiwetel Ejiofor

Votre avis (1)

3 sur 5 étoiles