Trois souvenirs de ma jeunesse

Cinéma, Drame
4 sur 5 étoiles
4 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
Trois souvenirs de ma jeunesse

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Après l’escapade américaine de ‘Jimmy P. – Psychothérapie d’un Indien des Plaines’, Arnaud Desplechin revient au bercail dans sa ville natale de Roubaix, avec ces ‘Trois souvenirs de ma jeunesse’ qui fleurent bon l’autobiographie et un attachant retour du cinéaste à ses sources, entre marivaudage sentimental et roman d’apprentissage.

Présenté comme un prequel à ‘Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle)’ (le film qui fit connaître Desplechin au grand public en 1996), ce nouveau long-métrage balaye finalement même l’ensemble de son œuvre – ou, au moins, de la large part qui s’en trouve consacrée à son alter ego, Paul Dédalus. Après un épisode d’enfance plus ou moins traumatique, le film opte un moment pour le cinéma de genre, à travers l’espionnage et les aventures tintinesques de Paul, adolescent, en mission en Union soviétique pour une fantaisie assez réussie, qui permet à Desplechin de créer un étonnant double à Dédalus et de brouiller les identités avec humour.

Surtout, c'est à travers son troisième souvenir – qui occupe en fait la majeure partie du film – que Desplechin nous livre l’éducation sentimentale du trentenaire nerveux,  sentimental et bavard de 1996, auquel les traits du visage de Mathieu Amalric restent liés. Et le film se montre d’ailleurs particulièrement habile à cet endroit : le jeune interprète de Paul (Quentin Dolmaire) parvenant à évoquer la scansion et l’attitude de l’acteur-fétiche de Desplechin, tout en y apportant son charme propre. De même, Lou Roy-Lecollinet semble étonnamment convaincante dans le personnage d’Esther, comme une version jeune (et blonde) d’Emmanuelle Devos.

Proustien, maîtrisé et joueur, ‘Trois souvenirs de ma jeunesse’ apparaît donc comme la clef de voûte des films d’Arnaud Desplechin. Mais humblement, sans tambour ni trompette. Et sur un ton amical, apaisé. Drôle et empreint de légèreté. Comme un vieil ami qu'on prend plaisir à retrouver, sans céder à la nostalgie.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
mercredi 20 mai 2015
Durée
123 mins

Crédits

Votre avis (1)

4 sur 5 étoiles