Winter Sleep

Cinéma, Drame
5 sur 5 étoiles
Winter Sleep

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Après 'Il était une fois en Anatolie' en 2011, le cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan revient avec 'Winter Sleep', dernière Palme d'Or à Cannes et subtil monument de vertige psychologique, qui en appelle à Tchekhov et Bergman. Un métrage long de plus de trois heures au beau milieu des montagnes turques et autour d'un personnage en crise : voilà qui a l'air a priori moins affriolant qu’'Under the Skin'. D'autant que la sortie en plein mois d’août d’un film aussi hivernal ne lui rend pas nécessairement justice. N’empêche, 'Winter Sleep' s’avance comme un chef-d’œuvre tranquille. Magistral, sans ostentation.

Sexagénaire, comédien raté et chroniqueur parfois cynique pour une gazette locale, Aydin (Haluk Bilginer) dirige un petit hôtel dont il est propriétaire en Anatolie, où il vit avec sa femme Nihal (Melisa Sözen), de plus en plus distante, et sa sœur Necla (Demet Akbağ). Ici, la vie pourrait être un long fleuve, tranquille à travers les roches. Mais l’arrivée de l’hiver poussera chacun à faire le point sur son existence. Le synopsis paraît simple, sec, sans fioriture. Presque du Bergman. Et c’est en effet au maître suédois, et à son modèle Anton Tchekhov que 'Winter Sleep' fait d’abord penser, à travers sa théâtralité sobre et ses dialogues d’une densité psychologique assez inouïe. Mais à cette rigueur dans l’exploration de la psyché – espoirs, regrets, souvenirs et présent mêlés – Nuri Bilge Ceylan ajoute une douce bienveillance à l’égard de ses personnages, qui finit par conférer à son film un ton mélancolique d’une beauté rare et singulière. Accompagné d’une sublime sonate pour piano de Schubert, 'Winter Sleep' apparaît, autrement dit, déjà comme un classique. Qui vaut largement le coup de laisser tomber l’été pour quelques heures.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
Nuri Bilge Ceylan
Scénariste
Nuri Bilge Ceylan, Ebru Ceylan
Acteurs
Haluk Bilginer
Melisa Sözen
Demet Akbag

Votre avis