Le meilleur de votre ville

Les Parisiens sont Charlie

Dimanche : 1,5 millions de Parigots dans les rues de la capitale pour rendre hommage au journal et aux nombreuses victimes. Une journée historique ?

© Light Gate Art

Il n’était pas encore 14h hier que déjà, partout dans Paris, gravitaient des grappes de manifestants. Des familles entières retranchées dans le métro, des bus submergés par des pancartes, des ruelles noircies par des groupes d’amis émus, en colère, déterminés. Ensemble, en direction de la place de la Bastille pour certains, la République en tête pour d’autres. Ils rendent hommage aux disparus, ils marchent au nom de la liberté d’expression. « Nous sommes debout. Pas à genoux. Je suis là parce que pour moi la liberté d’expression, c’est le fondement de notre république » assure un jeune homme de 18 ans, venu avec des copains et une énorme banderole à la main.


Autour du Génie de la Bastille, les Parisiens au téléphone essayent de se retrouver dans la foule, de se frayer un chemin jusqu’à leur point de rendez-vous. On se bouscule, on sympathise, on sourit devant les pancartes des autres. Il y a du monde, partout. Une ambiance de gueule de bois dans l’air. Sur les cabines téléphoniques, une adolescente tient à bout de bras un drapeau européen, sur le dos de leur papa des fillettes lèvent leur pancarte « Je suis Charlie », dans les rues adjacentes on se regroupe en un informe essaim humain. La marche est silencieuse, préoccupée par la logistique : comment rejoindre le boulevard Voltaire ? Est-ce que la rue est barricadée ? Va-t-on tous pouvoir « entrer » place de la Nation ?


Des cortèges secondaires s’improvisent faute de pouvoir regagner le boulevard. Certains crient « Charlie ! », d’autres lancent des salves d’applaudissements comme pour remercier les dessinateurs morts. On brandit des crayons, des Unes de journaux. A 16h rue du Faubourg Saint-Antoine, alors que des camions de CRS se frayent un chemin, une masse compacte de manifestants décident d’applaudir le cordon de police. « Des CRS applaudis dans une manif, c’est du jamais vu » plaisante une trentenaire.


Dans la rue, peu sont ceux à avoir vu les représentants politiques marcher, mais ce n’est de toute façon pas eux qui ont rendu cette journée historique. A Paris, ce furent les Parisiens.


Photo Light Gate Art 


  • © EP / Time Out Paris

  • © EP / Time Out Paris

  • © EP / Time Out Paris

  • © Agathe Monnot

  • © EP / Time Out Paris

  • © EP / Time Out Paris

  • © EP / Time Out Paris

  • © EP / Time Out Paris

© EP / Time Out Paris


City links

Global links