Henri Cartier-Bresson/Paul Strand

0 J'aime
Epingler
Henri Cartier-Bresson/Paul Strand
© Aperture Foundation Inc., Paul Strand Archive
Entre 1932 et 1934, tandis que l’Oncle Sam et la Grande Dépression s’encroûtent dans la routine et que l’Europe flirte dangereusement avec l’extrême droite, Paul Strand et Henri Cartier-Bresson se trouvent au même moment, par hasard, sur le sol mexicain. Un formidable terrain d’investigation sociale que les deux grands photographes défrichent avec une fougue documentaire semblable, certes, mais pour esquisser, au final, deux visions radicalement divergentes de la terre natale de Pancho Villa. A l’architecture rigide et aux portraits plutôt statiques que livre l’Américain répondent, beaucoup plus impulsivement, les scènes de rue et l’euphorie populaire saisies sur le vif par le Français. En quatre-vingt-dix tirages, la Fondation Cartier-Bresson propose un face à face percutant entre ces deux visages du Mexique post-révolutionnaire. Ce pauvre Mexique, « si loin de Dieu, si près des Etats-Unis », selon la formule du vieux Porfirio Diaz.

Par TB

Publié :