Nuit

Musées, Sciences et techniques
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Nuit

Torche frontale, lunettes infrarouges, doudoune XXL, bottes tout terrain, sac de couchage et doses excessives d’Oh de Lencaume pour que les autres membres de votre groupe puissent vous suivre à la trace. Si vous trouvez que pour survivre à la nuit, en pleine nature, vous avez l’air un peu pataud, si vous n’en pouvez plus d’être le Pierre Richard du royaume animal, cette exposition devrait mettre de l’eau dans votre vin. Car les sangliers, rats, serpents, chauve-souris, crapauds et autres noctambules ont beau avoir tout l’équipement qu’il leur faut, leurs habilités naturelles ne sont pas toujours de la plus grande grâce pour autant. Prenez le kakapo mâle : pour attirer une partenaire dans l’obscurité, il doit parfois chanter en hurlant pendant quatre mois d’affilé avant de pouvoir conclure (vous, avec votre guitare sèche et vos trois accords de Moody Blues, c’est plié en 15 minutes). Ou la chouette : d’accord, elle peut voir dans le noir, mais ses globes oculaires sont trop grands pour pivoter ce qui la contraint de faire des petits mouvements de cou nerveux et empotés si elle veut observer ce qui se passe autour d’elle. Sans oublier la scutigère véloce, parfois obligée d’abandonner quelques-unes de ses jambes pour pouvoir faire son footing de 3h du mat’ (pas grave, ça repoussera à la prochaine mue).

Non, finalement, vous n’êtes pas si mal loti avec votre instinct de survie de cornichon et vos bagages de chalutier. D’ailleurs, comme vous, le pingouin et le flamant rose ont tendance à piquer du bec à la nuit tombée. Comme vous, l’éléphant (grand dormeur, l’éléphant) aime caler sa tête sur un oreiller (de feuilles) du crépuscule jusqu’à l’aube. Comme vous, le chat rêve. Faculté qu’il partage d’ailleurs avec la majorité des animaux.

Avec ‘Nuit’, le muséum d’Histoire Naturelle éclaire les arcanes du borgnon en sillonnant les cycles de la lune et du soleil, l’univers des étoiles et les habitudes nocturnes des animaux, y compris le sommeil de l’homme. Au fil d’un parcours interactif et bourré d’informations adressées aux visiteurs de tous âges, on croise des morceaux de météorites, on flotte dans l’espace, on tombe nez à nez avec des porcs-épics, ours, papillons de nuit ou diables de Tasmanie empaillés, et on ouvre les placards dans lesquels roupillent les monstres de notre enfance (partie la moins convaincante de l’expo, mais qui devrait tout de même plaire aux plus jeunes membres de notre espèce). Une expédition intense et richement documentée qui rappelle, en outre, que la nuit est devenue un spécimen en voie de disparition dans nos zones urbaines insomniaques, étoilées de lampadaires. Ici, dans la vraie nuit noire, tous les chats sont gris. Pas couleur rose-néon.

> Horaires : tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h.

Par Tania Brimson

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening